Migration des grues

La Migration des grues cendrées est toujours un moment intense pour celles et ceux qui ont la chance de voir passer ces oiseaux au dessus de leur tête !

Migration des grues cendrées au dessus de la forêt de Fontainebleau, (C) 2014 Greg Clouzeau
Migration des grues cendrées au dessus de la forêt de Fontainebleau, (C) 2014 Greg Clouzeau

Lors de leur migration, les 250 000 Grues cendrées qui composent la population estimée d’Europe occidentale survolent pour partie la France en empruntant un couloir d’environ 200 km de large, orienté sud-ouest à l’automne et nord-est au printemps. La forêt de Fontainebleau se trouve en bordure de ce couloir automnal !

En fonction de la fatigue, de la faim ou du mauvais temps, des haltes ont lieu tout au long du parcours. Mais quelques zones seulement accueillent régulièrement des oiseaux en grand nombre, dont le lac de Der. Plusieurs milliers de Grues y passent  l’hiver, si la rigueur du froid ne les en chasse pas.

La Grue cendrée ( Grus grus) est l’un des plus grands oiseaux d’Europe, avec une envergure de 2 m et un poids de 4 à 6 kg. Elle revêt un plumage d’un gris presque uniforme. L’adulte se distingue par le contraste noir et blanc au cou et à la tête, marquée d’une tache rouge vif. Le jeune présente un plumage brunâtre qu’il ne conserve qu’un an : la livrée adulte est acquise progressivement.

Migration d’automne

Après l’élevage des jeunes, en août et septembre, des milliers de Grues se rassemblent sur l’île suédoise d’Öland. De là, elles gagnent la côte sud de la Mer Baltique l’île de Rügen. Un premier départ s’effectue vers la fin du mois et précède d’une à trois semaines la grosse vague  des migrateurs.

Fuyant l’arrivée du froid qui les empêche d’accéder à leur nourriture, plus de la moitié des Grues d’Europe occidentale passent en 2 ou 3 jours en octobre ou novembre. Les autres suivent en décembre. La vitesse de vol varie de 40 à 70 km/h en fonction des vents et les déplacements s’effectuent de jour comme de nuit à des altitudes comprises entre 200 et 1.000 m (exceptionnellement jusqu’à plus de 4.000 m).

Migration des grues cendrées au dessus de la forêt de Fontainebleau, (C) 2014 Greg Clouzeau
Migration des grues cendrées au dessus de la forêt de Fontainebleau, (C) 2014 Greg Clouzeau

A l’exception des quelques milliers qui demeurent en France et de celles poussant jusqu’au Maroc, la quasi-totalité des oiseaux séjournent tout l’hiver dans la péninsule ibérique. Plus à l’est, une autre voie migratoire mène les Grues de la Finlande à la Tunisie et à l’Algérie en passant par la grande plaine hongroise.

Cette année, du fait de la douceur relative en Europe du Nord, la migration est encore en cours et on a battu le record de l’an dernier sur le lac de Der (83 000 le 27 octobre 2013) puisque plus de 93 000 oiseaux ont été comptés !

Pour suivre la migration et en savoir plus sur la grue cendrée, rdv sur le site de la LPO Champagne Ardennes

Publicités

Merci pour votre commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s