IMG_7603Lors du Font & Bleau Contest (promis c’est mon dernier article sur le sujet), nous étions très nombreux à faire des photographies et ce, sans compter celles faites avec nos redoutables smartphones. Parmi les photographes pros, il y avait notamment Gilles Reboisson et Thinh Souvannarath beaucoup plus connu sous le pseudo de Little Shao. Tous deux ont parfois shooté assistés d’un puissant flash déporté. A regarder les photographies de blocs qui circulent sur les réseaux sociaux, vous aurez peut être remarqué que c’est une vraie tendance de la photo d’escalade en bloc depuis quelques années.  J’en suis pas très fan (je vais vous dire pourquoi) mais je trouvais intéressant d’évoquer ici la photographie assistée de sources de lumière complémentaire.

Pourquoi utiliser un flash en extérieur ?

La photographie c’est toujours une histoire de gestion de la lumière. Pour faire simple, le photographe a le choix entre trois grands types d’exposition : sous-exposition, sur-exposition ou exposition conforme à la réalité. Le problème, c’est que la plupart des scènes photographiées sont rarement homogènes en terme de lumière. En effet, il y a presque toujours des zones sombres et des zones claires qui vont créer des contrastes plus ou moins importants et obliger le photographe à faire un choix pour privilégier l’une ou l’autre. Pire, il y a parfois des conditions de lumière naturelle incompatibles avec la photo d’escalade, notamment en bloc où l’on se retrouve parfois au fond d’une grotte ou dans un sous-bois ultra sombre !

Pour cette photo de Tony dans le 7A+ d'Abyss, pas d'utilisation du flash mais une montée à 3500 ISO. (C)2016 Greg Clouzeau
Pour cette photo de Tony dans le 7A+ d’Abyss, pas d’utilisation du flash mais une montée à 3500 ISO. (C)2016 Greg Clouzeau

J’adore le soleil mais il a ses limites en terme de photo et peut même vite devenir notre pire ennemi ! Il va parfois nous offrir une magnifique lumière chaude et dorée et des couleurs saturées, mais en été, il offre en général une lumière très dure. Suivant sa position par rapport au sujet, il provoquera des contrastes affolants avec des ombres  très marquées. Donc cet été, si vous voulez tirer le portrait de Tata Jeannine, méfiez-vous des ombres sur son visage cela peut être de très mauvais goût ! Voilà pourquoi, même en extérieur, les photographes de mode utilisent un flash. Cette source de lumière déportée et bien gérée permet de gommer les mauvais effets du soleil sur une image.

Même pour ce plan serré en lumière dure d'été, je préfère jouer les contraste que déboucher l'arrière plan d'un coup de flash. (C) Greg Clouzeau
Même pour ce plan serré en lumière dure d’été, je préfère jouer les contraste que déboucher l’arrière plan d’un coup de flash. (C)2016 Greg Clouzeau

Mais attention, un flash mal orienté ou mal dosé peut aussi donner de très mauvaises images ! Oubliez tout de suite le flash d’appoint de votre boitier ou celui de votre smartphone, ils sont mal placés et relativement peu efficaces. D’ailleurs, vous avez sans doute dans vos photos, celles où votre sujet à les yeux rouges (ou blanc s’il a des lentilles),  des visages à l’aspect « fromage blanc » ou au contraire ultra-brillants !

Perso, j’aime assez les images contrastées et je privilégie très souvent les hautes lumières quitte à plonger le reste de l’image dans une quasi obscurité. Un truc impensable pour un portraitiste ou un photographe de mode. Eux cherchent toujours contre-balancer cette différence d’exposition grâce à une source de lumière supplémentaire… et ils le font bien.

Mais alors pourquoi utiliser un flash pour la photo d’escalade en site naturel ?

Outre les inconvénients cités plus haut, un flash a aussi la fâcheuse tendance à se refléter sur toutes les surfaces réfléchissantes. Bref, si ce sont là les principales raisons qui me rebutent dans l’utilisation du flash, la principale reste que je trouve que cela dénature, au sens littéral, l’image. Bah, oui, apporter de la lumière là où il n’y en a pas conduit inévitablement à une vision déformé de la réalité. Mais visiblement cela semble plaire de plus en plus ! Ainsi, parmi les photographes de blocs (pour ne prendre que cet exemple) ils sont de plus en plus nombreux à utiliser flashs et réflecteurs.

IMG_7054Lors du Font & Bleau Redbull, vous aurez sans doute remarquez l’assistant du photographe Little Shao et son très gros projecteur. Je me suis demandé si c’était une volonté de la marque ou un choix artistique ? En effet, je trouve que les images « officielles » de cette évènement sont très métalliques. La forte lumière blanche du spot et les tee-shirts bleus donnent un aspect qui fait penser inévitablement à la canette de la marque. En fait, c’est bien un choix artistique. C’est même une signature de Little Shao.

Thinh est un photographe qui a renoncé à une carrière dans la banque  pour se consacrer exclusivement à ses deux passions, la danse et la photo. Et quel succès ! Avec quelques 98.000 fans sur Facebook, ce jeune professionnel couvre les scènes les plus branchées de la culture urbaine internationale. D’origine vietnamienne ce parisien pratiquait déjà le hip-hop bien avant d’en immortaliser les mouvements et acrobaties. Et là, pas de mystère, pour figer certaines scènes, le flash, c’est top !

Qui d’autres a fait ce choix artistique en escalade ?

Ils sont nombreux et je ne vais certainement pas tous les citer ici ! Je vous propose par exemple de jeter un œil aux travaux de Gilles Puyfagès qui a présenté de nombreuses photos à l’éclairage  »sur naturel ». Alban Levier, quand il ne fait pas de compétition, semble lui aussi assez porté sur le flash… Sur le site BoulderClassics.com, le photographe Markus « Ixi » Ixmeier use et abuse de ces lumières déportées comme ci-dessous où cela reste raisonnable.

otzalBC

Donc, comme je le disais plus haut, outre les problématiques de dosage de la lumière, je trouve que les sources de lumière déportées dénaturent, au sens littéral, l’image. Elles créent des ombres là où il ne devrait pas y en avoir, éclairent des zones qui devaient rester dans l’obscurité, etc. C’est un choix. Ce n’est pas le miens. J’aime la photo authentique, celle que l’on peut faire sans préparatif, celle réalisée sur le vif. Et oui, c’est aussi par flemmardise.

Quelques trucs à connaître si vous vous lancez dans la photographie au flash

L’utilisation d’un flash c’est grosso modo le même principe d’exposition que l’exposition standard en photographie. Mais voici quand même les 3 règles les plus importantes à retenir :

  • La distance entre le flash et le sujet permet de contrôler l’intensité de la lumière qui arrivera sur le modèle.
  • L’ouverture permet elle aussi de contrôler la quantité de lumière qui va éclairer le sujet.
  • La vitesse quant à elle permet de définir la durée pendant laquelle la lumière ambiante sera visible sur la photo.

Un flash, un spot ou un réflecteur c’est un peu comme un deuxième “soleil en miniature” mais il faut savoir si celui-ci éclaire plus votre sujet que le véritable ! En effet, si la lumière du flash est plus puissante que la lumière ambiante, vous allez ajouter une source de lumière  dans votre photo. Le principe du « Flash » est de produire un éclair durant une durée fixe qui va “figer” votre scène et ce, indépendamment de la vitesse. Du coup, pour contrôler l’ajout de la lumière ambiante dans votre image il faut jouer avec la vitesse. Plus la vitesse est lente, plus la lumière ambiante sera présente, moins la lumière flashée est visible !

Placé dans le même axe que Little Shao, j'ai bénéficié de son flash pour cette image... (C) Greg Clouzeau
Placé dans le même axe que Little Shao, j’ai bénéficié de son flash pour cette image… (C) Greg Clouzeau

Attention, cela ne veut pas dire que le choix de la vitesse ne modifiera pas la zone exposée par votre flash mais l’arrière-plan.  Il existe de très nombreuses techniques sur l’utilisation des flashs qui peuvent être synchronisés avec la vitesse. Je ne vais pas rentrer dans le détail d’autant que ce n’est pas ma spécialité mais me borner à l’évocation de quelques techniques. A vous de tester, creuser, rater…et recommencer !

Réaliser un « fill-in » :

Cette technique est utilisée lorsque le sujet est en contre-jour ou dans une zone d’ombre.  Elle permet de rééquilibrer la photo pour que le modèle ne soit pas sous-exposé par rapport à l’arrière plan. Un coup de flash bien dosé permet donc de « déboucher » le sujet.  Plus le contre-jour est violent (c’est souvent le cas à la plage ou en montagne sur la neige), la mesure d’exposition faite par l’appareil enclenche souvent une vitesse nettement supérieure à la vitesse de synchronisation du boîtier avec le flash ! Il faut alors utiliser le fill-in HS (haute vitesse) mais encore faut-il que le flash possède cette option. Si c’est le cas, le flash délivrera une série d’éclairs ultra-rapide pendant le parcours du rideau devant le capteur ceci afin d’éviter l’apparition d’une bande noire sur le cliché.  Il existe aussi le cas inverse : la synchro lente plutôt adaptée à l’indoor. En gros, l’éclair va illuminer le sujet principal et le boîtier enregistrer la photo avec une mesure d’exposition effectuée sur l’arrière-plan. En escalade, cela fonctionne bien dans certaines salles mais sur les sujets en mouvements rapides (un jeté, une chute, ou un run and jump notamment) bien que le réglage au second rideau donne une impression de « filé », le personnage peut se trouver dédoublé…

Voici une très vieille image scannée à partir d'une de mes diapositive avec utilisation du flash pour figer le mouvement de la main de Didier.
Voici une très vieille image scannée à partir d’une de mes diapositives avec utilisation du flash pour figer le mouvement de la main de Didier. (C) Greg Clouzeau

 

Cas du flash indirect :

En général, avec un flash normal, en usage x-TTL l’allongement du temps de parcours de l’éclair et sa perte de puissance par absorption est prise automatiquement en compte par le boîtier lors de l’émission du pré-éclair. Cette technique donne donc des photos plutôt harmonieuses et les photographes de mode s’en servent très régulièrement.

Les têtes de flashs sont également munies d’un diffuseur qui permet d’ouvrir l’angle d’éclairage et assurer une meilleure diffusion de la lumière. On peut sans souci utiliser de diffuseur en flash direct pour des focales supérieure à 50mm pour réduire l’impact de l’éclair sur le sujet.

Pour cette image de Laurent, j'avais placé un réflecteur doré dont la lumière se voit un peu trop sous le chausson et l'avant bras (C) Greg Clouzeau
Pour cette image de Laurent, j’avais placé un réflecteur doré dont la lumière se voit un peu trop sous le chausson et l’avant bras (C) Greg Clouzeau

Mais de plus en plus de photographes utilisent des flashs indirects dont certains sont d’une puissance phénoménale. Il n’y a qu’à voir les photos de Little Shao sur le Font & Bleau pour s’en rendre compte. Dans ce cas, et c’est le cas des photos de mes confrères présentées dans cet article, la lumière additionnelle est très fortement visible sur l’image. Encore une fois, c’est un choix artistique qui, s’il ne convient pas en photo de mode, est tout à fait respectable en photo de sport. C’est juste que je n’aime pas ce rendu artificiel.

escalade-competition-red-bull-fontandbleau Little Shao
Little Shao a utilisé un puissant flash déporté dont ont voit bien la lumière « contre nature » sous le Toit du Cul de chien. (C) Little Shao

Donc, pour répondre à la question du titre, la photo d’escalade, à mon goût, c’est mieux sans flash !! Il n’est généralement pas besoin de figer totalement le mouvement et avec les sensibilités des boîtiers modernes, on peut facilement monter en ISO sans risque. Mais je peux me tromper…  Dites moi si vous aimez ce type d’image. On sait jamais, je pourrait m’y mettre !

 

 

Publicités

Merci pour votre commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s