Festival photographique Phémina 2018 de Nemours

Passage zébré, Paris, (c) 2016 Greg Clouzeau

Le collectif Croisons nos regards organise à Nemours un festival photo dédié aux femmes.

Cette grande exposition constitue un évènement artistique et culturel assez original qui montre la diversité des travaux autour des femmes photographes et des femmes photographiées. En effet, le monde de la photographie est encore largement masculin : qu’il s’agisse de la mode, du photo-journalisme, de la nature ou du portrait, les femmes photographes restent peu connues du grand public. Paradoxalement, la femme est l’un des sujets les plus récurrents de la photographie…

C’est fort de ce constat, que le principe d’une exposition photographique qui mette la femme et la condition féminine en avant est né. D’une part pour mettre en lumière les nombreuses femmes photographes de talent, d’autre part pour tenter d’illustrer l’incroyable diversité de la femme en tant que sujet photographique. Pour autant, le festival ne se positionne pas sur un registre « féministe » au sens militant du terme.

Donc, cette année encore, le festival photo Phémina présentera plus de 200 images d’une trentaine de  photographes dont la moitié de femmes. Et vous savez quoi ? Cette année, j’ai l’immense joie de faire partie de la sélection du collectif au coté d’ Alexandra Gerat – Aude Osnowycz – Aurelia Cheret – Caroline Flornoy – Caroline Metzger – Cindy Jean-Millet – Elise Hardy – Franklin Lecointre – Gérard Tillaud – Gilles Lorenzo – Jean Chauvin – Jean-Luc Lefevre – Marie Bienaime – Philippe Deutsch – pilar du Breuil – Quentin Kheyap – Sabrina Lebreton – Sophie Panaget – Stephanie Foucher – Sylvie Tinseau – Zaida Kersten
– Fabrice Milochau – Claudine Berger – Christine Lebras – Didier Cohen – Chris Calvet – Soline Roux, invitée coup de cœur du Jury

Les deux invités d’honneur pour cette seconde édition sont Aude Osnowycz une des rares femmes photo-reporters en France et Chris Calvet, artiste plasticien remarquable pour sa démarche complète.

Le Festival, c’est aussi donner la parole aux photographes et vous pouvez donc assister à plusieurs conférences dont le « Nu artistique», Samedi 30 juin à 16h, par Gilles Lorezo,  Rencontrer  Chris Calvet qui expliquera sa démarche le 1er juillet à 14h30 puis à 16 h, discuter sur « le fond et la forme » avec Quentin Kheyap. Le samedi soir, pensez à la nocturne jusqu’à minuit !

Rendez-vous donc du 28 juin au 1er juillet 2018 à Nemours dans la Salle du Quai des Tanneurs et l’Atelier du Château.

Salle du quai des Tanneurs, sur les bord du Loing et face au château accueillera la plupart d’entre nous (17 rue des Tanneurs 77140 Nemours), les invités seront eux situé dans l’Atelier du château (rue Gautier 1er)

Horaires :

jeudi – vendredi  – dimanche de 10 h à 12h30 et 14 h à 18h

samedi : 10 h à 12h30 et 14 h à 00h

08 mars, quel meilleur jour pour choisir les photographies de femmes !?

Comme je vous l’annonçais la semaine dernière, je participerai fin juin au Festival Photographique Phémina dédié aux femmes. Quel meilleur jour donc que ce 08 mars, Journée internationale des droits de la femme, pour vous proposer mes deux sélections à départager par vos votes !?

Donc comme vous le savez, j’exposerai 7 images de femmes, ainsi qu’une trentaine d’autres photographes (dont la moitié de femmes) à Nemours (77) lors du festival Phémina. Reste à choisir lesquelles. Et là, dilemme car j’ai au moins deux séries qui correspondent. Comme je ne peux me résoudre à faire le choix tout seul, je vous propose de voter jusqu’à la fin du mois pour la série que vous souhaitez voir exposée. Celle qui aura le plus de votes sera l’élue ! Et si par hasard, il y avait égalité, celle des 14 images ayant eut le plus de likes cumulés sur mes posts facebook et instagram fera gagner la série dont elle fait partie.

En effet, toutes ces images sont issues de mon projet photographique 365 (#Métroboulotphoto) consistant à publier chaque jour de travail une image originale prise lors de mes déplacements domicile – travail.

Deux séries donc qui jouent avec les reflets pour créer des effets de superpositions avec les  scènes d’un quotidien banal se déroulant dans la rue. Au travers de ces séries, j’ai souvent mixé les éléments les plus chics, modes ou glamours des vitrines des Grands Magasins parisiens avec le mobilier urbain et les passants.

Elles tiennent donc à la fois du reportage sociétale, de la photographie de rue et de la photographie artistique en surfant sur les codes de la mode et du glamour parisien tout en révélant également l’hyper exposition féminine, parfois sexiste, à laquelle nous sommes confrontés tous les jours dans la rue ou les transports en commun.

Etre retenu à l’arrêt de bus dans une longue étreinte, observer du coin de l’œil, une femme en tenue légère dans le rétroviseur de son scooter ou traverser la rue sur un dos dénudé avant de deviner le rêve féminin d’un baiser à la sortie du RER. Autant de fantasmes mis en images ou d’images fantasmées au gré de mes trajets quotidiens

Le secret et la difficulté de ce type de photographie de rue réside dans la recherche de la meilleure combinaison artistique entre le moment, la lumière et la composition avec les contraintes imposées par la courte focale d’un smartphone.

La première (série 1) : « Réflexions féminines »

La seconde (série 2) : « Les femmes s’affichent » 

 

Mise à jour.
C’est donc, (je m’y attendais un peu) un vote massif (87%) pour la première série ! C’est noté…Rendez-vous fin juin !
 

Y’a des soldes dans l’art !

SOLDES 

L’an dernier, j’ai changé de partenaire pour la vente et l’encadrement de mes photographies. C’est donc Art Photo Limited qui se charge désormais de l’impression de mes images et de leur vente en ligne ou sur son corner parisien.

Un grand merci à eux pour leur professionnalisme. Même si les artistes y perdent un peu en liberté et beaucoup en rémunération, c’est quand même plus facile pour vous comme pour moi .

Cette année, Art Photo Limited  nous incite à vous proposer des tirages d’art de nos images à prix soldé. Même si mes prix de vente sont très loin d’être exorbitants,  j’ai décidé de jouer le jeux en vous proposant exceptionnellement  une remise de :

  • 10 % sur le prix de vente de mes images de la série « Lèche vitrine« 
  • 20 % sur le prix de vente des images de ma série « CréNatures de la forêt de Fontainebleau » consacrée à mon bestiaire de grès
  • 20 % sur le prix de vente des images de ma série « Premières nuances de grès » dont vous avez déjà pu acheter certaines photographies sous forme de posters ou de calendriers.

 

Faites votre choix ICI

ART PHOTO LIMITED vous garantit bien entendu un paiement sécurisé et vous propose même 30 jours d’essai du tirage numéroté et signé chez vous !

Vous choisissez le format d’impression, la finition, l’encadrement et disposez même d’un outil de simulation qui place votre image dans un décor proportionnel à la taille du tirage sélectionné.

Après une fin d’année 2017 qui a vu l’annulation de mon contrat pour la publication d’un livre sur l’histoire de la forêt de Fontainebleau (mais publié par un autre auteur chez ce même  éditeur, Grrrrrrr !) et le fiasco de ma saison de vente des calendriers 2018, Amazon ayant été incapable de s’approvisionner chez Calvendo entre octobre et le 24 décembre, je compte aussi un peu sur ces ventes…

Si d’autres images de mes blogs ou publiées sur mes réseaux sociaux vous intéressent, faites moi signe…

 

Snapseed, mon appli photo favorite sur smartphone a fait peau neuve

Comme vous le savez certainement, pour mon projet photographique 365, c’est à dire la publication  quotidienne d’une photographie originale (voir cette page pour plus d’explications) j’utilise l’appareil photo de mon smartphone et une application pour les retouches et signature. Parmi toutes les applications testées, Snapseed est, selon moi, l’application photo la plus complète et efficace, bref, indispensable. Je lui ai déjà consacré ici plusieurs articles car c’est aussi la plus intuitive dans l’utilisation.  Avant hier, l’interface a évolué par rapport à ma présentation initiale puisque Google a mis en ligne la version 2.18 ! L’occasion pour moi de revenir sur son fonctionnement à base calques indépendants et modifiables.

C’est quoi Snapseed ?

Snapseed est à l’origine une application de retouche photographique présente sur iOS. Peu de temps après le rachat d’Instagram par Facebook, Google a mangé SnapSeed en la rendant gratuite au passage. En septembre 2013, Google avait lancé une version Native Client pour Chrome de SnapSeed, en lien avec Google+, pour permettre des retouches de photos plus profondes avant de lancer la version 2.0 en 2015 cette fois sur Android et iOS. Cette application très complète et facile d’utilisation est devenue un outil indispensable à mes publications de photographies de rue. Je l’utilise pour signer mes images mais aussi traiter le noir et blanc à partir d’une image couleur faite au smartphone. Ainsi, toutes mes images de la série lèche vitrine qui sont en vente sont issues d’un traitement avec Snapseed.

Une des nombreuses photographies issues de ma série Lèche vitrine née dans mon projet 365

Une des nombreuses photographies issues de ma série Lèche vitrine née de mon projet 365 qui dure maintenant depuis plus de 4 ans

Snapseed Version 2.18 ça change quoi ?

Cette nouvelle mise à jour apporte une nouvelle interface ne révolutionne pas particulièrement l’application, mais l’interface a encore été simplifiée. Sur fond blanc, et avec trois onglets, elle facilite un peu plus la lecture sur les petits écrans.

Peu de nouveautés si ce n’est l’arrivée de nouveaux filtres pré-formatés comme ce qui se fait sur Instagram et qui vous sont proposés en priorité dès l’ouverture d’une photo. Bon, je suis pas très fan des filtres préfabriqués car ils suppriment à mon goût l’exploration créative… Toutefois, certains sont très bien faits comme celui nommée « Morning », le « Fineart » noir et blanc…

La vrai nouveauté c’est que vous pouvez maintenant effectuer vos modifications sur une image et les enregistrer sous forme d’un nouveau filtre, applicable rapidement sur les prochaines photos. Une option bienvenue qui vous fera gagner encore un peu plus de temps dans les transports et le partage de vos images. Qui plus est, pour celles et ceux qui souhaitent conserver une homogénéité de le traitement et la présentation de leur images pour créer une série, c’est top !

Enfin, l’autre changement concerne justement l’exportation et le partage des images.  Désormais, vous pouvez partager directement depuis l’appli, enregistrer une copie, exporter en modifiant le format et la qualité d’image désirée (mais il faut faire la sélection en amont). En plus, Snapseed nous offre aussi la possibilité d’enregistrer l’image dans un dossier choisi ce qui est quand même, beaucoup plus pratique pour préparer l’editing  de ses fichiers.

Parmi les nouvelles fonctions lancées discrètement en mars, il y un filtre de double exposition, à savoir la possibilité de sélectionner deux photos et de les fusionner. L’utilisateur peut bien entendu modifier l’opacité de l’image produite pour faire ressortir une des deux images fusionnées. Je ne l’ai pas encore utilisé car pour ma série lèche vitrine, je bénéficie déjà de cette double image en une seule prise de vue puisqu’il s’agit de capter un reflet.

Un nouvel outil « Pos portrait » permet de manipuler avec le doigt la pose d’un visage sur un portrait pour modifier l’orientation de la tête ou la direction du regard. À noter que cela fonctionne uniquement avec une seule personne sur l’image. Le rendu est assez étonnant. Cette nouvelle fonctionnalité permet également de modifier la taille des pupilles, l’intensité du sourire, ainsi que la longueur focale apparente du portrait photo.

Enfin, parmi les dernières nouveautés l’outil « Développer » devenu « Perspective » qui permet d’augmenter la taille du cadre d’une photo et de le remplir avec du noir, blanc, ou alors du contenu généré à partir de l’image pour paraître presque natuel naturel. Il faut un peu bidouiller mais c’est pas mal !

L’app est disponible gratuitement  sous iOS et Android et n’intègre aucun achat supplémentaire !

 

Source : Androïd

Réussir ses photographies en noir et blanc au smartphone

Série "Lèche vitrine", Paris, 2016, (C) Greg Clouzeau

Si vous faites partie des quelques 600 personnes qui suivent mon actualité photographique via ma page Facebook, vous connaissez mes séries réalisées avec un smartphone et partagées quotidiennement. Vous le savez aussi, je suis plutôt un anti-retouche ! Je photographie d’ailleurs presque toujours au format jpeg et suis de ceux qui pensent qu’avec les bons réglages, on peut sortir une bonne image directement. Toutefois, malgré toutes les améliorations apportées au module APN des smartphones ces 3 dernières années, leurs images peuvent encore nécessiter d’importantes corrections allant du simple recadrage, à l’équilibrage des couleurs, en passant par quelques effets… Il y a déjà quelques temps, je vous parlais de la photographie de rue faite avec un smartphone puis des applications de retouche comme Snapseed ou Photo Director pour les mettre en valeur. Cette appli m’est très utile dans la transformation en noir et blanc de mes photographies et voici quelques astuces pour réussir ces images.

J’utilise maintenant Snapseed depuis plus d’un an, et cette application est devenue mon outil de retouche préféré sur smarphone. Dans cet article, j’ai choisi de partager avec vous quelques techniques simples et rapides que j’utilise régulièrement avant de publier mon image, notamment celles nécessaires à l’obtention d’une belle image en noir et blanc.

Vous allez me dire que je pourrai photographier directement en noir et blanc. Oui, mais si ensuite je veux des couleurs, le retour en arrière n’est pas possible…donc couleur puis conversion en valeur de gris sont mon credo…

Comment réussir ses « noir et blanc » avec Snapseed ?

Pour commencer, je vais vous livrer un petit secret. Comme avec mon reflex, je fais plusieurs images du même sujet avant de choisir celle que je vais vous présenter et comme avec mon boîtier, j’utilise les fonctions de réglages avancées de mon smartphone (mode expert ou manuel) pour régler, la vitesse, la mise au point et/ou la luminosité. J’en profite pour vous signaler que je travail actuellement à la rédaction d’un guide technique consacré à la photographie avec les smartphones…
Une fois l’image sélectionnée, si le besoin s’en fait sentier, je procède au recadrage avant de passer à la conversion en noir et blanc.

La photographie brute de l'APN du smartphone

La photographie brute de l’APN du smartphone avant recadrage et conversion… Pas mal mais un peu fade tout de même…

Pourquoi certaines images en couleur sont fades en noir et blanc ?

Si vous avez déjà transformé une photographie couleur en une image en noir et blanc et que le résultat n’a pas été à la hauteur de vos attentes, c’est probablement que le contraste entre les tons n’était pas assez élevé. Dans une image en noir et blanc, outre la force de la composition, le contraste tonal  permet d’apporter une meilleur définition à certaines formes, matières ou textures. Il est donc important de disposer de la plage de tons la plus complète et de maîtriser leur influence.

Dans Snapseed, il existe plusieurs solutions pour augmenter le contraste d’une image en noir et blanc. Parmi celles-ci, comme en argentique, l’ajout d’un filtre de couleur permet d’obtenir un bien meilleur rendu. En effet, les filtres de couleur de snapseed imitent l’effet obtenu d’un filtre coloré monté sur un objectif mais avec l’avantage d’être maîtrisable et réversible ! Avec ce filtre, certaines couleurs apparaissent alors bien plus sombres ou plus claires qu’elles ne le sont généralement après une simple conversion en échelle de gris.

Par exemple, un filtre Rouge bloque les tons rouges. Après conversion de l’image, les rouges apparaissent presque blancs tandis que le bleu et le vert apparaissent dans des tons plus sombres, voire noirs. Voici donc un filtre utile dans une photo de paysage. Avec lui, le ciel est d’un bleu intense qui met en relief les nuages et les premiers plans, plus clairs s’en détachent. A l’inverse, un filtre Bleu va éclaircir le ciel bleu et assombrir les premiers plans…

Comme cette technique n’est pas des plus faciles à maîtriser, je vous propose une autre solution, très rapide et efficace.

Vive le module HDR

Le HDR est une technique qui permet de réaliser des photographie combinant des zones fortement sur et sous exposées. Si autrefois, il fallait combiner manuellement plusieurs images d’expositions différentes, aujourd’hui, les APN propose cette fonction dès la prise de vue. Hélas, je trouve parfois le rendu beaucoup trop artificiel et spectaculaire. Mais Snapseed offre un module de traitement HDR à posteriori, très utile pour sauver certaines images. Voici donc une de conversion en noir et blanc en trois étapes, rapides, simples et efficaces.

Primo, éditer la photographie avec le module HDR de Snapseed.

Comme vous le savez sans doute, dans Snapseed, il existe plusieurs styles prédéfinis de HDR. J’utilise souvent celui correspondant à la présence de personnage qui est assez doux. Par défaut son intensité est de 50/100. Vous pouvez augmente ou diminuer (ce que je fais) en balayant l’écran du doigt vers la gauche ou la droite. Ici, en faisant gliser le doit vers le bas ou le haut, vous accéder aussi aux réglages de la luminosité et de la saturation des couleurs.

Une fois recadrée, application du filtre HDR, puis gestion éventuelle de la luminosité ou de la saturation

Une fois recadrée, application du filtre HDR, puis gestion éventuelle de la luminosité ou de la saturation

Deuzio, je converti l’image en noir et blanc.

Là aussi, snapseed vous propose plusieurs choix de rendus pré-réglés. J’utilise souvent les modules « contraste » et « sombre ». Ensuite, en faisant glisser le doigt sur l’écran de droite à gauche vous pouvez augmenter ou diminuer certaines valeurs comme la luminosité, le contraste et le grain.

Notez que pour le grain, Snapseed propose un très grand nombre de réglages prédéfinies pour les amateurs de rendu type vieilles pellicules…

Conversion en noir et blanc et gestion éventuelle de la luminosité, du grains...

Conversion en noir et blanc et gestion éventuelle de la luminosité, du grains…

Enfin, tertio, je pousse le curseur de la valeur Structure du filtre Détails permet d’obtenir un très bon résultat pour augmenter le niveau de détail. Dans certains cas, je monte jusqu’à 100 ! A ce stade, si je ne suis pas satisfait, je peux encore aller dans l’outil  Retouche pour affiner les clairs, les ombres… Ensuite, je signe avec l’outil Texte.

Et voilà la photographie de ce matin !

Retouche du détail avec une augmentation de la valeur de la structure

Retouche du détail avec une augmentation de la valeur de la structure. Notez comment les bras se détachent mieux ou comme les plis du blouson sont apparus.

Si ces photographies vous plaisent, n’hésitez pas à vous en offrir un tirage d’art en édition limitée et numérotée. Vous trouverez certaines d’entre-elles sur ma page Art Photo Limited Merci d’avance !

Melun a fêté son brie

Chaque année donc Melun fête son brie dans les premiers jours d’octobre, l’occasion de voir défiler les différentes confréries associées à l’événement avant l’intronisation des nouveaux membres et pour quelques photographes de prendre des photos  d’hommes et de femmes costumés.

Cette année, afin de tromper l’ennui des pompeuses cérémonies, j’ai promené mon boîtier à la recherche de quelques photos plus insolites et décalées  que d’habitude. En voici  une première série. (Pour revoir celles de l’édition 2014 c’est sur ma page FlickR)

Le Brie de Melun est  un fromage au lait de vache, cru, et à pâte molle  bénéficiant d’une appellation d’origine contrôlée depuis 1980. Bien que l’histoire des fromages de la région reste largement méconnue, il est souvent considéré comme l’ancêtre de tous les bries et serait le fromage de maître corbeau. Il tire  son nom de la région naturelle de la Brie et de la plaine de Melun en Seine-et-Marne.  Il est moins connu et plus rare que le Brie de Meaux mais surtout plus savoureux. Sous la forme de « Vieux-Brie », ou Brie noir, il plus sec, encore plus fort en goût et de couleur brune.

Pour les photo-numériques réussies, c'est de l'autre côté de la rue (C)2016 Greg

Pour les photo-numériques réussies, c’est de l’autre côté de la rue (C)2016 Greg Clouzeau

souriez...  (C) 2016 Greg Clouzeau

souriez…
(C) 2016 Greg Clouzeau

Vérifiez que vous êtes bien (C) 2016 Greg Clouzeau

Vérifiez que vous êtes bien
(C) 2016 Greg Clouzeau

Tweetez l'image ! (C) 2016 Greg Clouzeau

Tweetez l’image !
(C) 2016 Greg Clouzeau

Une petite dernière pour la route et ce week-end…méfiez-vous des photographes !

Illusion d'optique (C) 2016 Greg Clouzeau

Illusion d’optique
(C) 2016 Greg Clouzeau

 

%d blogueurs aiment cette page :