7 Astuces pour réussir des photographies nettes sans trépied !

Je suis un photographe « aventurier » et « opportuniste ». En effet, je pars très souvent sans vraiment savoir quel type de photographies je vais faire notamment lors de mes randonnées ou séance d’escalade. Comme je me traîne déjà un boîtier pro qui pèse un âne mort, je ne m’encombre jamais d’un pied photo (trépied ou monopod). Du coup, s’il me prend l’envie de faire des images dans des conditions de lumière difficile, je dois improviser. D’ailleurs lors d’une randonnée, d’une course de montagne, ou d’une descente en canyon, je me vois mal dire à mes compagnons, « attendez-moi, je dois monter un pied photo pour réussir mon image de filé de cette cascade, mon panorama ou cette photographie d’un éclair » ! Déjà qu’ils ont du mal à supporter mes arrêts incessants pour capturer ici un papillon, là un paysage, j’imagine ce que cela donnerai si j’avais un compagnon à 3 pattes ! Alors, comment réussir des images nettes avec des vitesses très lentes ? Voici quelques astuces testées sur le terrain et qui permettent de se passer d’un pied même pour le feu d’artifice de la Saint Louis à Fontainebleau !

En générale, pour faire des images nettes, il faut certes bien faire la mise au point mais aussi adapter sa vitesse et être le plus stable possible. On dit souvent que la bonne vitesse d’obturation correspond à l’équivalent du ratio focale/vitesse soit avec un 24 mm jamais moins de 1/24s en plein format ou, avec un capteur type APS-C et son coefficient multiplicateur proche de 1.5, 1/36s. A ces vitesse là, avoir une image nette à main levée, c’est déjà pas gagné ! On peut certes avec un peu d’entraînement adoucir ou retenir sa respiration par exemple pour moins bouger mais bon après la montée du raidillon au col trucmuche, moi j’ai du bien mal à reprendre mon souffle. Et quand j’y suis, mes amis repartent !!! Donc voici quelques trucs qui peuvent vous sauver…enfin, vos images.

Primo, enclencher la stabilisation de l’objectif. Bah, oui, un bon objectif de reflex est en général pourvu d’un sélecteur nommée VR chez Nikon (pour Vibration Reduction) et IS chez Canon (pour Image Stabilizer) qui vous permettra de compenser les flous de bouger. Bon, attention c’est quand même pas la solution miracle mais ça aide. Ensuite, posez-vous bien sur vos deux jambes légèrement écartées et collez le coude qui soutient l’appareil contre l’abdomen. Calez l’objectif dans le creux de votre mains, inspirez profondément et déclenchez en expirant doucement et lentement.

Deuzio, passez en mode rafale ! Dans les conditions très mauvaises, en shoottant 4 à 6 images en continue, j’ai souvent sauvé une image ! En effet, vous avez mathématiquement plus de chance d’obtenir une photo nette car vous n’aurez plus le mouvement de l’index venant appuyer sur le déclencheur et qui est une des premières sources de flou de bouger.

Un sac peut très bien remplacer un trépied

Tertio, utilisez un pied de fortune. Un tronc ou une branche d’arbre, un rocher, ou même le sol, bref, toute surface réputée immobile peut vous aider à stabiliser soit l’appareil, soit vous même. Du coup, vous entendrez sans doute parler de « beanbag« , « ricebag » et autres petits sacs remplis de haricots secs ou riz bio utilisés par certains photographes pour caler leur objectif notamment en photographie de rue pour rester plus discret qu’avec un trépdied. Avantage, c’est facile à confectionner soi-même. Une chaussette de ski ou un bas nylon peuvent très bien faire l’affaire et comme en randonnée le poids et un ennemi, on peut facilement les remplir de billes de polystyrène à l’image des poufs des années 70’s. Personnellement, dans 90% des cas, mon sac à dos fait office de trépied. Je peux en quelques seconde changer son ajustement, passer d’un cadrage vertical à horizontal, etc.

Quarto : Il existe une autre technique de bout de ficelle, au sens premier puisque elle consiste a tendre une ficelle entre la semelle de sa chaussure et la main qui tient l’appareil. Ça fonctionne bien mais personnellement, mon bout de ficelle avait une furieuse tendance à faire des nœuds dans la poche. Enfin, on va pas se mentir, en condition de lumière difficile, il vaut parfois mieux sortir son dernier smartphone que son appareil photo. En effet, les photophones actuels sont de vrais pros en basse lumière !

Autre astuce, utilisez le retardateur du déclenchement. Une fois posé sur un support immobile, cadrez et appuyez sur le déclencheur et patientez (sur mon boîtier j’ai un déclenchement différé à 2 secondes ou 10) jusqu’au clic-clac. Si en plus vous avez un boîtier avec une possibilité de visé par l’écran arrière en live, c’est le top ! D’ailleurs les boîtier moderne peuvent aussi se piloter avec une petite télécommande, un smartphone ou une tablette !

Alors vous allez me dire pour photographier les étoiles, un feu d’artifice ou faire un filé en pause longue, ces astuces sont limites. Certes, mais elle fonctionnent plutôt bien si on en combine quelques unes. Par exemple pour le feu d’artifice 2018 de la Saint Louis à Fontainebleau, face à l’affluence et au nombre de pieds photo déjà en place, j’ai opté pour un angle au ras de l’eau, l’appareil posé sur mon sac à dos. Avantage, je suis assis aux premières loges pour profiter du spectacle, et mon n’appareil ne gène personne. Mieux, en cas de mouvement de foule, il est directement dans ma main !

Pour le coup, ici il faut débrayer de stabilisateur de l’objectif, faire la mise au point et les réglages vitesse / ouverture adaptés manuellement ,même si la tendance est plutôt de faire confiance aux mesures des appareils et leurs programmes « intelligents ». Un programme, aussi bon soit-il, ne saura jamais reproduire l’effet que l’on recherche. Voici donc quelques unes de ces images faites avec la méthode décrite plus haut et les réglages suivants : 24mm mise au point manuel, f8, 8 secondes à 200 ISO et un retardateur caler à 2 secondes sur lequel j’appuis régulièrement. Ensuite, quelques recadrages ont été nécessaires car dans certaines positions le rabat de mon sac à dos était trop visible.

Feu d’artifice de la Saint Louis 2018 à FontaineBleau

Petite balade dans le cœur historique de Nemours

« Nemours n’a pas de cathédrale comme Amiens ou Chartres, mais la paroisse est une de ces magnifiques églises de campagne, qui sont, dans leur genre, et toutes proportions gardées, aussi rares, aussi complètes, et pourrait-on dire aussi belles que les cathédrales ». C’est ainsi que Victor Hugo, qui descendit un temps à l’hôtel l’Ecu de France, au cœur même de la ville, décrivait Nemours en 1844 dans ses carnets de voyages. « Rien n’y est sublime, tout y est charmant ». Profitant de ce magnifique week-end et de ma participation à la deuxième édition du Festival photo Phémina organisé par le Collectif Croisons nos regards, c’est armé du boitier que je suis allé faire un petit tour dans le cœur historique de la ville, histoire de vérifier si les affirmation de Victor Hugo étaient toujours d’actualité…

Si vous n’êtes pas venus nous rendre visite Quai des tanneurs pour voir la très belle exposition Phémina, écrasiez que vous étiez par les premières chaleurs estivales, vous avez aussi raté l’occasion de vous promener sur les rives du Loing ou à l’ombre des tilleuls en cherchant la fraîcheur apportée par les nombreux petits canaux qui donne parfois à la ville des allures de petite Venise…  Je ne reviendrai pas sur l’exposition et ses formidables artistes que je tiens à remercier pour leur accueil chaleureux et leur disponibilité mais quel bon moment  (mes images de la manifestations sont visibles sur Flick’R) !

Si Nemours est fréquenté dès la Préhistoire, durant le haut Moyen-Âge, le village n’est encore qu’une petite bourgade dépendant de la capitale du Gâtinais (Château-Landon) et centrée autour de l’église Saint-Pierre. Ce n’est qu’à la fin du XIIe siècle que Nemours prend véritablement son essor avec la construction  du château sur la rive gauche du Loing afin de défendre ce point particulièrement stratégique.

Le château de Nemours est aujourd'hui un lieu de culture avec son Musée et l'accueil de nombreuses manifestations

Le château de Nemours est aujourd’hui un lieu de culture avec son Musée et l’accueil de nombreuses manifestations

La petite citée médiévale s’étend alors à l’intérieur de ce que l’on appelle aujourd’hui, les « Petits Fossés », sorte de canaux plus où moins large. Mais au XIIIe siècle, appauvris par les croisades, les seigneurs de Nemours doivent céder leur terre au roi de France. D’ailleurs, plusieurs d’entre eux, dont Saint-Louis, séjourneront dans la ville qui, grâce à ses défenses, échappe aux ravages de la guerre de Cent Ans. De ce passé glorieux, il reste notamment un château (devenu Musée) qui dresse encore très fièrement ses tourelles et son imposante tour carrée au cœur de l’ancienne cité médiévale, l’ancien « Hôtel Dieu » construit au XVIe  transformé en Mairie et l’église Saint jean-Baptiste.

Je vous laisse découvrir le reste sur place car il y a bien des trésors cachés dans ses ruelles, sur les porches des habitations et dans les forêts alentours… Pour les impatients et les plus éloignés, voici le lien vers mes images du centre historique de Nemours.

Renseignements sur le site de la Mairie : http://www.nemours.fr/

Les Jallies étaient au Festi’Val en Seine 2018

Les Jallies au Festi'Val en Seine 2018 à St Mammès

C’est la saison des festivals et autres concerts en plein air. L’occasion pour moi de vous proposer de nouvelles images  notamment ici avec le groupe des Jallies.. Donc ce week-end se tenait la quatrième édition du Festi’val en Seine, à Saint-Mammès (77). Une nouvelle édition avec une superbe programmation dans cette petite ville des bords de Seine qui réunit plus de 3000 personnes dans une ambiance très familiale. Un Festival dont le prix de l’entrée est LIBRE ! Vous mettez le montant que vous souhaitez… Elle est pas belle la vie ?

Franchement, vu l’énorme boulot des bénévoles et la qualité de la programmation, l’année prochaine, ne manquez surtout pas le cinquième anniversaire du Festi’Val !

Les Jallies au Festi'Val en Seine 2018 à St Mammès

Les Jallies au Festi’Val en Seine 2018 à St Mammès

J’ai profité de cette édition pour faire des images des JALLISE, un groupe du Sud Seine et Marne qui a vu le jour en 2012 et qui est déjà au sommet. Après tout plein de concerts  du Balajo au New Morning 😉 en passant par le Cognac Blues FestivalMontereau Confluences, etc. tant avec avec l’ancienne formation que la nouvelle, les voici qui sortent leur album (Tuka) après un premier EP.

Les Jallies au Festi'Val en Seine 2018 à St Mammès

Les Jallies au Festi’Val en Seine 2018 à St Mammès

La formation actuelle : trois chanteuses/guitaristes/percussionnistes (Vanessa, Céline, Leslie), un guitariste soliste (Thomas) et un contrebassiste (Kros) ! Charlseton, Rock, swing, boogie-woogie… tout y passe pour une belle ambiance années 50, pin’up en talons hauts, pantalon à bretelles… À leur répertoire, des compositions originales et de bonnes reprises, de Gene Vincent, Elvis Presley, Janis Martin, Canned Heat, The Stray Cats, jusqu’à Edith Piaf, Amy Winehouse, Imelda May… Bref, des harmonies vocales soutenues par des solos de guitare et lignes de contrebasse endiablées.

Retrouvez toute leur actualité et date sur leur page Facebook !

En plus donc des quelques images de cet article, je vous invite à jeter un œil mon album photo (une soixantaine) de leur concert ce week-end au Festi’Val.

Les Jallies au Festi'Val en Seine 2018 à St Mammès

Les Jallies au Festi’Val en Seine 2018 à St Mammès

Retour sur un live en clair obscur des Spams au Doctor Beer à Melun

Les SPAMS Chez Doctor BEER à Melun

Bon, si vous suivez mes tribulations photographiques depuis déjà quelques temps, vous savez combien j’aime faire des images en concert et, qui plus est, surtout quand c’est de la bonne Zic ! Je vous ai déjà mainte fois parlé du groupe des SPAMS (il a même son tag dans mon blog !) que j’affectionne tout particulièrement.

Ils s’appellent Kris, Lolo, Nico, Tof  et Steve,  zicos et chanteur d’un groupe exceptionnel de reprises électriques aussi improbables qu’éclectiques et déjantées ! Ils sont tous barbus (ou presque) et génétiquement très proches… Ils étaient de concert à Melun sur la terrasse du Pub Doctor Beer, adresse incontournable tant pour la boisson que pour les concerts estivaux ! Hélas, le live fut très arrosé et donc écourté … mais par la pluie.  L’occasion pour moi de vous livrer un nouvel album photos souvenir et d’évoquer (rapidement) avec vous une technique photographique qui génère beaucoup d’idées reçues : le Low Key !

Tof des SPAMS au Doctor Beer de Melun. Alors d'après vous, Low Key ou pas ?

Tof des SPAMS au Doctor Beer de Melun. Alors d’après vous, Low Key ou pas ?

Ce style particulier qui s’oppose au  High Key (forcément en anglais Bas/Haut) est trop souvent décrit comme « un style d’éclairage dans lequel une seule partie de l’image est éclairée, le reste étant laissé dans l’ombre ». Du coup, nombre de photographes y compris professionnels affirment que le Low Key est un « clair obscur à prédominance sombre ». Oui mais…non. Car si le style clair obscur est un Low Key, tous les low Key ne sont pas des clairs obscurs ! C’est clair ? Oui…je m’en doutais.

Voici donc ce qui me semble être la meilleure définition d’une image Low Key : une image dont la tonalité prédominante se situe dans les valeurs sombres »  Donc un Low Key ne se définit pas par le type d’éclairage. Du coup, il n’est pas forcément sous exposé sur une grosse partie de l’image mais composé de couleurs très sombres et assez proches en valeur.

Si je vous parle de ça, c’est pour vous présenter quelques unes des images de Tof et Kris (merci les copains) réalisées hier soir dans ce style très particulier du clair obscur, idéal en concert notamment pour maquer l’arrière-plan, ou mettre en valeur une partie de l’image (visage, partie du corps, instrument…)

Pour voir la centaine d’images de ce Live des SPAMS à Melun chez Doctor Beer, c’est sur ma page Flick’R et rassurez-vous, elles ne sont pas toutes dans ce style. Il y a de la couleur (comme d’habitue, l’éclairage de la scène était très limite et vous aurez donc le droit aux bonshommes verts, bleus, violets…), du public, du backstage et de l’eau, beaucoup d’eau…

Et le site web des Spams est là !

Festival photographique Phémina 2018 de Nemours

Passage zébré, Paris, (c) 2016 Greg Clouzeau

Le collectif Croisons nos regards organise à Nemours un festival photo dédié aux femmes.

Cette grande exposition constitue un évènement artistique et culturel assez original qui montre la diversité des travaux autour des femmes photographes et des femmes photographiées. En effet, le monde de la photographie est encore largement masculin : qu’il s’agisse de la mode, du photo-journalisme, de la nature ou du portrait, les femmes photographes restent peu connues du grand public. Paradoxalement, la femme est l’un des sujets les plus récurrents de la photographie…

C’est fort de ce constat, que le principe d’une exposition photographique qui mette la femme et la condition féminine en avant est né. D’une part pour mettre en lumière les nombreuses femmes photographes de talent, d’autre part pour tenter d’illustrer l’incroyable diversité de la femme en tant que sujet photographique. Pour autant, le festival ne se positionne pas sur un registre « féministe » au sens militant du terme.

Donc, cette année encore, le festival photo Phémina présentera plus de 200 images d’une trentaine de  photographes dont la moitié de femmes. Et vous savez quoi ? Cette année, j’ai l’immense joie de faire partie de la sélection du collectif au coté d’ Alexandra Gerat – Aude Osnowycz – Aurelia Cheret – Caroline Flornoy – Caroline Metzger – Cindy Jean-Millet – Elise Hardy – Franklin Lecointre – Gérard Tillaud – Gilles Lorenzo – Jean Chauvin – Jean-Luc Lefevre – Marie Bienaime – Philippe Deutsch – pilar du Breuil – Quentin Kheyap – Sabrina Lebreton – Sophie Panaget – Stephanie Foucher – Sylvie Tinseau – Zaida Kersten
– Fabrice Milochau – Claudine Berger – Christine Lebras – Didier Cohen – Chris Calvet – Soline Roux, invitée coup de cœur du Jury

Les deux invités d’honneur pour cette seconde édition sont Aude Osnowycz une des rares femmes photo-reporters en France et Chris Calvet, artiste plasticien remarquable pour sa démarche complète.

Le Festival, c’est aussi donner la parole aux photographes et vous pouvez donc assister à plusieurs conférences dont le « Nu artistique», Samedi 30 juin à 16h, par Gilles Lorezo,  Rencontrer  Chris Calvet qui expliquera sa démarche le 1er juillet à 14h30 puis à 16 h, discuter sur « le fond et la forme » avec Quentin Kheyap. Le samedi soir, pensez à la nocturne jusqu’à minuit !

Rendez-vous donc du 28 juin au 1er juillet 2018 à Nemours dans la Salle du Quai des Tanneurs et l’Atelier du Château.

Salle du quai des Tanneurs, sur les bord du Loing et face au château accueillera la plupart d’entre nous (17 rue des Tanneurs 77140 Nemours), les invités seront eux situé dans l’Atelier du château (rue Gautier 1er)

Horaires :

jeudi – vendredi  – dimanche de 10 h à 12h30 et 14 h à 18h

samedi : 10 h à 12h30 et 14 h à 00h

Mise à jour , mon ITW par l’ami Fabrice Micholau pendant le festival

Réussissez vos photographies sur la neige !

La neige à Bleau, c’est plutôt exceptionnel ces dernières années et même si les franciliens deviennent la risée des canadiens ou des savoyards dès qu’il tombe trois flocons sur Paris et l’Ile-de-France, quand on a 15 cm de peuf sur les rocher de Fontainebleau, un photographe se doit de se précipiter en forêt pour immortaliser le moment ! Du coup, mercredi, profitant du blocage francilien, direction Forêt domaniale de Fontainebleau dans les Gorges d’Apremont à Barbizon pour une journée blanche ! L’occasion aussi pour moi de vous rappeler quelques bons conseils pour réussir ses images hivernales !  Bon, je n’ai qu’un seul regret, le manque de soleil ce jour-là surtout après avoir vu les images de mes amis qui pouvaient être hier en forêt avec un magnifique ensoleillement et un ciel bleu profond. Je croise donc les dois pour samedi. Avec un peu de chance, avec ce qui tombe au moment où j’écris ces lignes, ce sera top !

Alors, comment réussir ses photographies sur la neige ? Je ne vais pas revenir sur la composition des images de paysage et de randonnée (règle des tiers, cadrage, premier plan… ) mais juste vous donner quelques conseils rapides et faciles à appliquer avec votre appareil ou smartphone.

Primo, la neige c’est…blanc ! Pas rose, orange ou bleu…mais blanc.

Secundo, la neige est faite de cristaux qui réfléchissent la lumière.

Tertio, c’est froid et ça mouille.

Quarto, attention, c’est beau mais parfois dangereux…

Enfin, les règles photo, c’est aussi fait pour être transgressées

La neige c’est blanc…et puis c’est tout !

Bon c’est une évidence pour les pros de la photographie mais le fait que la neige soit blanche rend plus difficile la photographie ! Ben oui, nos appareils considèrent qu’une bonne mesure de la lumière correspond à un gris moyen ou neutre à 18% et non un blanc. En effet, lorsque l’on fait une mesure de lumière avec son appareil photo, il s’agit toujours d’une mesure en lumière réfléchie par le sujet. C’est le problème d’Albédo ! Celui qui nous indique le pouvoir de réflexion d’une matière. Par exemple un morceau de tissu noir renvoie très peu de lumière (5 à 10 %) alors que la feuille blanche en  réfléchit près de 80 %. Qu’est-ce que cela signifie en terme de photographie ? Eh bien que les cellules de nos appareils ne sont pas encore intelligentes au point de savoir de quelle matière sont faits les sujets que l’on photographie…

Du coup, sur notre tissu noir, elle réagit comme s’il s’agissait d’un sujet normal ayant un pouvoir de réflexion de 18 % qui serait donc mal éclairé. Du coup, pour compenser ce qu’elle croit être un manque de lumière, la cellule va proposer un réglage (vitesse, ouverture, ISO) pour laisser entrer plus de lumière et notre tissu noir paraîtra gris… Inversement, avec la feuille blanche, la cellule qui considère toujours que c’est un sujet normal mais trop éclairé,  va proposer de laisser entrer dans l’appareil photo quatre fois moins de lumière. Conséquence, l’image de votre feuille est grise…et vos photos à la neige trop sombres !

Cristaux neige, Trois Pignons, 2017

Cristaux de neige, légèrement sous exposés donc rattrapable… Trois Pignons, 2017

Vous devez donc être très attentif à l’exposition ce qui, je vous l’accorde, n’est plus trop un problème avec le numérique. On efface et recommence… En plus, pour les très débutants,  les appareils modernes comme les smarphones possèdent des modes préprogrammés pour compenser le phénomène ! Ainsi, si vous avez une icône « montagne », « ski » ou « mer » par exemple, c’est par ce réglage que vous pouvez indiquer à l’appareil photographique que vous êtes sur une surface très réfléchissante (sable, eau, neige…). Sinon, sur votre smartphone, sortez du mode auto pour passer en manuel et sur-exposé l’image l’un à deux IL.

Bon, côté experts, le plus simple c’est d’utiliser la fonction de correction d’exposition  en surexposant de 1 IL puis d’ajuster la correction pour arriver au résultat souhaité. La plupart des appareils permettent de régler la correction d’exposition par paliers de 1/3 IL. Après, chez les pros, certains photographient en RAW, pour récupérer une sous-exposition en post-traitement dans un logiciel de retouche.

Ensuite, cela dépend bien entendu du type de mesure que vous faite et du sujet. Sur un large paysage enneigé avec des parties sombres et contrastées (des rochers, un ciel bleu, des personnes…), la plupart des appareils vont s’en sortir correctement en faisant une moyenne et le blanc sera normal (ou presque). Enfin, rappel, une image « brulée » avec des blancs cramés ne peut pas se rattraper alors qu’une image un peu sous exposée peut souvent être éclaircie.

Cristaux de neige au soleil. Trois Pignons, 2017

Cristaux de neige au soleil. Trois Pignons, 2017

Question réglage des ISO, on peut démarrer à 100 par une journée lumineuse, 200 à 400 par temps couvert ou en sous bois.

Deuzio : Et la couleur ?… Question de réflexion !

Les grandes étendues blanches ont tendance refléter de la couleur de la lumière ambiante. Par exemple la neige va très certainement présenter une belle teinte bleue dans les ombres, ou dorée à certaines heures. Cela peut convenir pour souligner une ambiance froide ou chaude mais si vous souhaitez avoir une neige blanche, il faut neutraliser tout dominante colorée en réglant avec soin la balance des blancs. Pour y parvenir vous pouvez faire une balance des blancs manuelle ou bien utiliser un des modes prédéfinis de votre appareil photo. Après, franchement, c’est une question de goût et d’émotion véhiculé par l’image. Là encore, ceux qui shoot en RAW peuvent facilement modifier cette balance en post traitement…

Les Dentelles de Montmirail, 1996, (C) Greg Clouzeau

Les Dentelles de Montmirail, 1996, (C) Greg Clouzeau

Tretio, c’est froid et ça mouille !

Je dis ça juste pour ne plus croiser des gens sous équipés en montagne ! Mais tout de même, pensez à vous habiller chaudement, avec des vêtements techniques et encore plus chaudement si vous prévoyez de rester longtemps immobile ou que les conditions peuvent tourner à la tempête. Prévoyez donc gants, bonnes chaussures, bonnet, un change dans la voiture et surtout restez au sec… Vous pouvez également préparer un thermos de café ou de thé brûlant pour vous réchauffer et vous réhydrater. C’est pas parce que l’on a pas chaud que notre corps n’élimine pas d’eau !

Même dans les Gorges d'Apremont à Fontainebleau, habillez-vous "montagne"

Même dans les Gorges d’Apremont à Fontainebleau, habillez-vous « montagne »

Côté matos, l’hiver est une période plutôt agressive pour lui ! Froid et humidité ne font pas bon ménage avec l’électronique ! Lorsque vous ne l’utilisez pas, laissez-le dans votre sac à dos, car le froid peut entraîner des dysfonctionnements et surtout nuit gravement au fonctionnement des batteries. Mais attention, une fois sorti, il faut éviter de le ranger à tout bout de champ car les changements de température sont encore plus mauvais ! En fait, tout choc thermique est néfaste tant à l’appareil qu’à son objectif !

Ennemie numéro 1 : la condensation qui va se former sur les lentilles mais aussi dans votre objectif. Si par exemple vous avez la mauvaise idée de caler votre appareil dans votre doudoune pendant une bonne montée en raquette, il y a de fortes chances que ce petit coup de chaud suivi du gros coup de froid quand vous allez le sortir lui soit fatal… D’autre part, en laissant votre appareil allumé, vos batteries restent chaudes, ce qui leur permet de durer plus longtemps… Pensez à prendre des batteries de rechanges, le froid les consomme bien plus vite que d’ordinaire. Les filtres également peuvent être un vrai plus en montagne en protégeant votre objectif des rayures ou des projections, mais aussi pour lutter contre les UV et créer des effets. Accessoire indispensable selon moi, le pare-soleil, tant pour les reflets que la protection en cas de chute. Enfin, attention également au retour !

Une voiture ou une maison trop chaude au retour causeront elles aussi un choc thermique….

Quarto, c’est beau mais  parfois dangereux

Alors oui, les paysages enigés sont magnifiques et méritent bien une sortie. Toutefois, attention, la neige masque facilement les dangers. Outre les risques d’avalanches en montagne, lorsqu’elle tombe en quantité comme ces jours-ci en forêt de Fontainebleau, elle rend celle-ci dangereuse. Il faut se préparer mais aussi connaître son itinéraire, le balisage, voir le sentier disparaissant rapidement. Outre les risques de chutes et autres glissades dans les rochers, racines et trous peuvent être masqués. Mais le risque principal c’est la chute de branches ou d’arbres. L’ONF et le département appellent d’ailleurs à la prudence ce week-end tant sur les routes et parkings que sur les sentiers.

Attention aux chutes d'arbres et branches en forêt. Gorges d'Apremont, Fontainebleau, février 2018

Attention aux chutes d’arbres et branches en forêt. Gorges d’Apremont, Fontainebleau, février 2018

Lors de ma balade de mercredi, le profond silence des Gorges d’Apremont sous la neige était régulièrement troublé par le craquement des têtes de pins ou la chute d’arbres. Un conseil, évitez soigneusement les pinèdes !

Adoptez les bons réglages pour mieux s’en passer.

Les sujets sous la neige ne manquent pas : paysages, sports, animaux, macro et proxy, etc. Suivant votre sujet, vous devrez donc varier les vitesses d’obturation, jouer sur l’ouverture et la profondeur de champ… Là, c’est à vous de voir si vous voulez figer le mouvement des flocons de neige ou strier l’image d’une tempête par exemple. Une vitesse de 1/250 est une bonne base pour tenter de figer les flocons. Vous pouvez d’ailleurs user d’une mode priorité vitesse. Petite astuce, sortez le téléobjectif ! Comme vous le savez sans doute, il permet de « compresser » les distances, donc d’avoir plus de de flocons visibles sur la même image. Les flocons sont aussi un excellent sujet de macrophotographie par leur structure complexe.

Je ne le répéterai jamais assez, intéressez-vous aussi  aux détails. Un bout de neige sur la mousse… Vous pouvez également penser à l’eau, la glace, le givre… et à tous les reflets que cela offre. Enfin, lorsque le ciel est couvert ou complètement blanc, tout n’est pas perdu, passez à la Photo’Graphie ! Jouez avec la monochromie ou bi-chromie, insistez sur les contrastes et les formes quitte à sur-exposer le blanc de la neige pour faire des high key (ou au contraire en assombrissant au maximum l’ensemble pour des law key inquiétants), jouez avec les flous de bougez… bref, amusez-vous !

Enfin, même si la neige c’est blanc, en montagne aussi il y a les « heures dorées » et heures bleues, à vous d’en profiter ! Pour ma part, je préfère les teintes froides, bleutées et pastels caractéristiques de la saison hivernale au rougeoiement des paysages enneigés lors des levés et couchers du soleil.

Allez, on croise les doigts pour ce week-end et je vous souhaite à toutes et tous de faire de très belles images !

Retrouvez toutes mes images de la forêt de Fontainebleau sur mon blog :

FontaineBleau Passion

%d blogueurs aiment cette page :