Réussissez vos photographies sur la neige !

La neige à Bleau, c’est plutôt exceptionnel ces dernières années et même si les franciliens deviennent la risée des canadiens ou des savoyards dès qu’il tombe trois flocons sur Paris et l’Ile-de-France, quand on a 15 cm de peuf sur les rocher de Fontainebleau, un photographe se doit de se précipiter en forêt pour immortaliser le moment ! Du coup, mercredi, profitant du blocage francilien, direction Forêt domaniale de Fontainebleau dans les Gorges d’Apremont à Barbizon pour une journée blanche ! L’occasion aussi pour moi de vous rappeler quelques bons conseils pour réussir ses images hivernales !  Bon, je n’ai qu’un seul regret, le manque de soleil ce jour-là surtout après avoir vu les images de mes amis qui pouvaient être hier en forêt avec un magnifique ensoleillement et un ciel bleu profond. Je croise donc les dois pour samedi. Avec un peu de chance, avec ce qui tombe au moment où j’écris ces lignes, ce sera top !

Alors, comment réussir ses photographies sur la neige ? Je ne vais pas revenir sur la composition des images de paysage et de randonnée (règle des tiers, cadrage, premier plan… ) mais juste vous donner quelques conseils rapides et faciles à appliquer avec votre appareil ou smartphone.

Primo, la neige c’est…blanc ! Pas rose, orange ou bleu…mais blanc.

Secundo, la neige est faite de cristaux qui réfléchissent la lumière.

Tertio, c’est froid et ça mouille.

Quarto, attention, c’est beau mais parfois dangereux…

Enfin, les règles photo, c’est aussi fait pour être transgressées

La neige c’est blanc…et puis c’est tout !

Bon c’est une évidence pour les pros de la photographie mais le fait que la neige soit blanche rend plus difficile la photographie ! Ben oui, nos appareils considèrent qu’une bonne mesure de la lumière correspond à un gris moyen ou neutre à 18% et non un blanc. En effet, lorsque l’on fait une mesure de lumière avec son appareil photo, il s’agit toujours d’une mesure en lumière réfléchie par le sujet. C’est le problème d’Albédo ! Celui qui nous indique le pouvoir de réflexion d’une matière. Par exemple un morceau de tissu noir renvoie très peu de lumière (5 à 10 %) alors que la feuille blanche en  réfléchit près de 80 %. Qu’est-ce que cela signifie en terme de photographie ? Eh bien que les cellules de nos appareils ne sont pas encore intelligentes au point de savoir de quelle matière sont faits les sujets que l’on photographie…

Du coup, sur notre tissu noir, elle réagit comme s’il s’agissait d’un sujet normal ayant un pouvoir de réflexion de 18 % qui serait donc mal éclairé. Du coup, pour compenser ce qu’elle croit être un manque de lumière, la cellule va proposer un réglage (vitesse, ouverture, ISO) pour laisser entrer plus de lumière et notre tissu noir paraîtra gris… Inversement, avec la feuille blanche, la cellule qui considère toujours que c’est un sujet normal mais trop éclairé,  va proposer de laisser entrer dans l’appareil photo quatre fois moins de lumière. Conséquence, l’image de votre feuille est grise…et vos photos à la neige trop sombres !

Cristaux neige, Trois Pignons, 2017

Cristaux de neige, légèrement sous exposés donc rattrapable… Trois Pignons, 2017

Vous devez donc être très attentif à l’exposition ce qui, je vous l’accorde, n’est plus trop un problème avec le numérique. On efface et recommence… En plus, pour les très débutants,  les appareils modernes comme les smarphones possèdent des modes préprogrammés pour compenser le phénomène ! Ainsi, si vous avez une icône « montagne », « ski » ou « mer » par exemple, c’est par ce réglage que vous pouvez indiquer à l’appareil photographique que vous êtes sur une surface très réfléchissante (sable, eau, neige…). Sinon, sur votre smartphone, sortez du mode auto pour passer en manuel et sur-exposé l’image l’un à deux IL.

Bon, côté experts, le plus simple c’est d’utiliser la fonction de correction d’exposition  en surexposant de 1 IL puis d’ajuster la correction pour arriver au résultat souhaité. La plupart des appareils permettent de régler la correction d’exposition par paliers de 1/3 IL. Après, chez les pros, certains photographient en RAW, pour récupérer une sous-exposition en post-traitement dans un logiciel de retouche.

Ensuite, cela dépend bien entendu du type de mesure que vous faite et du sujet. Sur un large paysage enneigé avec des parties sombres et contrastées (des rochers, un ciel bleu, des personnes…), la plupart des appareils vont s’en sortir correctement en faisant une moyenne et le blanc sera normal (ou presque). Enfin, rappel, une image « brulée » avec des blancs cramés ne peut pas se rattraper alors qu’une image un peu sous exposée peut souvent être éclaircie.

Cristaux de neige au soleil. Trois Pignons, 2017

Cristaux de neige au soleil. Trois Pignons, 2017

Question réglage des ISO, on peut démarrer à 100 par une journée lumineuse, 200 à 400 par temps couvert ou en sous bois.

Deuzio : Et la couleur ?… Question de réflexion !

Les grandes étendues blanches ont tendance refléter de la couleur de la lumière ambiante. Par exemple la neige va très certainement présenter une belle teinte bleue dans les ombres, ou dorée à certaines heures. Cela peut convenir pour souligner une ambiance froide ou chaude mais si vous souhaitez avoir une neige blanche, il faut neutraliser tout dominante colorée en réglant avec soin la balance des blancs. Pour y parvenir vous pouvez faire une balance des blancs manuelle ou bien utiliser un des modes prédéfinis de votre appareil photo. Après, franchement, c’est une question de goût et d’émotion véhiculé par l’image. Là encore, ceux qui shoot en RAW peuvent facilement modifier cette balance en post traitement…

Les Dentelles de Montmirail, 1996, (C) Greg Clouzeau

Les Dentelles de Montmirail, 1996, (C) Greg Clouzeau

Tretio, c’est froid et ça mouille !

Je dis ça juste pour ne plus croiser des gens sous équipés en montagne ! Mais tout de même, pensez à vous habiller chaudement, avec des vêtements techniques et encore plus chaudement si vous prévoyez de rester longtemps immobile ou que les conditions peuvent tourner à la tempête. Prévoyez donc gants, bonnes chaussures, bonnet, un change dans la voiture et surtout restez au sec… Vous pouvez également préparer un thermos de café ou de thé brûlant pour vous réchauffer et vous réhydrater. C’est pas parce que l’on a pas chaud que notre corps n’élimine pas d’eau !

Même dans les Gorges d'Apremont à Fontainebleau, habillez-vous "montagne"

Même dans les Gorges d’Apremont à Fontainebleau, habillez-vous « montagne »

Côté matos, l’hiver est une période plutôt agressive pour lui ! Froid et humidité ne font pas bon ménage avec l’électronique ! Lorsque vous ne l’utilisez pas, laissez-le dans votre sac à dos, car le froid peut entraîner des dysfonctionnements et surtout nuit gravement au fonctionnement des batteries. Mais attention, une fois sorti, il faut éviter de le ranger à tout bout de champ car les changements de température sont encore plus mauvais ! En fait, tout choc thermique est néfaste tant à l’appareil qu’à son objectif !

Ennemie numéro 1 : la condensation qui va se former sur les lentilles mais aussi dans votre objectif. Si par exemple vous avez la mauvaise idée de caler votre appareil dans votre doudoune pendant une bonne montée en raquette, il y a de fortes chances que ce petit coup de chaud suivi du gros coup de froid quand vous allez le sortir lui soit fatal… D’autre part, en laissant votre appareil allumé, vos batteries restent chaudes, ce qui leur permet de durer plus longtemps… Pensez à prendre des batteries de rechanges, le froid les consomme bien plus vite que d’ordinaire. Les filtres également peuvent être un vrai plus en montagne en protégeant votre objectif des rayures ou des projections, mais aussi pour lutter contre les UV et créer des effets. Accessoire indispensable selon moi, le pare-soleil, tant pour les reflets que la protection en cas de chute. Enfin, attention également au retour !

Une voiture ou une maison trop chaude au retour causeront elles aussi un choc thermique….

Quarto, c’est beau mais  parfois dangereux

Alors oui, les paysages enigés sont magnifiques et méritent bien une sortie. Toutefois, attention, la neige masque facilement les dangers. Outre les risques d’avalanches en montagne, lorsqu’elle tombe en quantité comme ces jours-ci en forêt de Fontainebleau, elle rend celle-ci dangereuse. Il faut se préparer mais aussi connaître son itinéraire, le balisage, voir le sentier disparaissant rapidement. Outre les risques de chutes et autres glissades dans les rochers, racines et trous peuvent être masqués. Mais le risque principal c’est la chute de branches ou d’arbres. L’ONF et le département appellent d’ailleurs à la prudence ce week-end tant sur les routes et parkings que sur les sentiers.

Attention aux chutes d'arbres et branches en forêt. Gorges d'Apremont, Fontainebleau, février 2018

Attention aux chutes d’arbres et branches en forêt. Gorges d’Apremont, Fontainebleau, février 2018

Lors de ma balade de mercredi, le profond silence des Gorges d’Apremont sous la neige était régulièrement troublé par le craquement des têtes de pins ou la chute d’arbres. Un conseil, évitez soigneusement les pinèdes !

Adoptez les bons réglages pour mieux s’en passer.

Les sujets sous la neige ne manquent pas : paysages, sports, animaux, macro et proxy, etc. Suivant votre sujet, vous devrez donc varier les vitesses d’obturation, jouer sur l’ouverture et la profondeur de champ… Là, c’est à vous de voir si vous voulez figer le mouvement des flocons de neige ou strier l’image d’une tempête par exemple. Une vitesse de 1/250 est une bonne base pour tenter de figer les flocons. Vous pouvez d’ailleurs user d’une mode priorité vitesse. Petite astuce, sortez le téléobjectif ! Comme vous le savez sans doute, il permet de « compresser » les distances, donc d’avoir plus de de flocons visibles sur la même image. Les flocons sont aussi un excellent sujet de macrophotographie par leur structure complexe.

Je ne le répéterai jamais assez, intéressez-vous aussi  aux détails. Un bout de neige sur la mousse… Vous pouvez également penser à l’eau, la glace, le givre… et à tous les reflets que cela offre. Enfin, lorsque le ciel est couvert ou complètement blanc, tout n’est pas perdu, passez à la Photo’Graphie ! Jouez avec la monochromie ou bi-chromie, insistez sur les contrastes et les formes quitte à sur-exposer le blanc de la neige pour faire des high key (ou au contraire en assombrissant au maximum l’ensemble pour des law key inquiétants), jouez avec les flous de bougez… bref, amusez-vous !

Enfin, même si la neige c’est blanc, en montagne aussi il y a les « heures dorées » et heures bleues, à vous d’en profiter ! Pour ma part, je préfère les teintes froides, bleutées et pastels caractéristiques de la saison hivernale au rougeoiement des paysages enneigés lors des levés et couchers du soleil.

Allez, on croise les doigts pour ce week-end et je vous souhaite à toutes et tous de faire de très belles images !

Retrouvez toutes mes images de la forêt de Fontainebleau sur mon blog :

FontaineBleau Passion

Snapseed, mon appli photo favorite sur smartphone a fait peau neuve

Comme vous le savez certainement, pour mon projet photographique 365, c’est à dire la publication  quotidienne d’une photographie originale (voir cette page pour plus d’explications) j’utilise l’appareil photo de mon smartphone et une application pour les retouches et signature. Parmi toutes les applications testées, Snapseed est, selon moi, l’application photo la plus complète et efficace, bref, indispensable. Je lui ai déjà consacré ici plusieurs articles car c’est aussi la plus intuitive dans l’utilisation.  Avant hier, l’interface a évolué par rapport à ma présentation initiale puisque Google a mis en ligne la version 2.18 ! L’occasion pour moi de revenir sur son fonctionnement à base calques indépendants et modifiables.

C’est quoi Snapseed ?

Snapseed est à l’origine une application de retouche photographique présente sur iOS. Peu de temps après le rachat d’Instagram par Facebook, Google a mangé SnapSeed en la rendant gratuite au passage. En septembre 2013, Google avait lancé une version Native Client pour Chrome de SnapSeed, en lien avec Google+, pour permettre des retouches de photos plus profondes avant de lancer la version 2.0 en 2015 cette fois sur Android et iOS. Cette application très complète et facile d’utilisation est devenue un outil indispensable à mes publications de photographies de rue. Je l’utilise pour signer mes images mais aussi traiter le noir et blanc à partir d’une image couleur faite au smartphone. Ainsi, toutes mes images de la série lèche vitrine qui sont en vente sont issues d’un traitement avec Snapseed.

Une des nombreuses photographies issues de ma série Lèche vitrine née dans mon projet 365

Une des nombreuses photographies issues de ma série Lèche vitrine née de mon projet 365 qui dure maintenant depuis plus de 4 ans

Snapseed Version 2.18 ça change quoi ?

Cette nouvelle mise à jour apporte une nouvelle interface ne révolutionne pas particulièrement l’application, mais l’interface a encore été simplifiée. Sur fond blanc, et avec trois onglets, elle facilite un peu plus la lecture sur les petits écrans.

Peu de nouveautés si ce n’est l’arrivée de nouveaux filtres pré-formatés comme ce qui se fait sur Instagram et qui vous sont proposés en priorité dès l’ouverture d’une photo. Bon, je suis pas très fan des filtres préfabriqués car ils suppriment à mon goût l’exploration créative… Toutefois, certains sont très bien faits comme celui nommée « Morning », le « Fineart » noir et blanc…

La vrai nouveauté c’est que vous pouvez maintenant effectuer vos modifications sur une image et les enregistrer sous forme d’un nouveau filtre, applicable rapidement sur les prochaines photos. Une option bienvenue qui vous fera gagner encore un peu plus de temps dans les transports et le partage de vos images. Qui plus est, pour celles et ceux qui souhaitent conserver une homogénéité de le traitement et la présentation de leur images pour créer une série, c’est top !

Enfin, l’autre changement concerne justement l’exportation et le partage des images.  Désormais, vous pouvez partager directement depuis l’appli, enregistrer une copie, exporter en modifiant le format et la qualité d’image désirée (mais il faut faire la sélection en amont). En plus, Snapseed nous offre aussi la possibilité d’enregistrer l’image dans un dossier choisi ce qui est quand même, beaucoup plus pratique pour préparer l’editing  de ses fichiers.

Parmi les nouvelles fonctions lancées discrètement en mars, il y un filtre de double exposition, à savoir la possibilité de sélectionner deux photos et de les fusionner. L’utilisateur peut bien entendu modifier l’opacité de l’image produite pour faire ressortir une des deux images fusionnées. Je ne l’ai pas encore utilisé car pour ma série lèche vitrine, je bénéficie déjà de cette double image en une seule prise de vue puisqu’il s’agit de capter un reflet.

Un nouvel outil « Pos portrait » permet de manipuler avec le doigt la pose d’un visage sur un portrait pour modifier l’orientation de la tête ou la direction du regard. À noter que cela fonctionne uniquement avec une seule personne sur l’image. Le rendu est assez étonnant. Cette nouvelle fonctionnalité permet également de modifier la taille des pupilles, l’intensité du sourire, ainsi que la longueur focale apparente du portrait photo.

Enfin, parmi les dernières nouveautés l’outil « Développer » devenu « Perspective » qui permet d’augmenter la taille du cadre d’une photo et de le remplir avec du noir, blanc, ou alors du contenu généré à partir de l’image pour paraître presque natuel naturel. Il faut un peu bidouiller mais c’est pas mal !

L’app est disponible gratuitement  sous iOS et Android et n’intègre aucun achat supplémentaire !

 

Source : Androïd

Jeux pluvieux, JO heureux ? Ou comment faire des photos sous la pluie !

Course HaussmannParis

Mercredi 13, le CIO remettait officiellement les anneaux olympiques pour #Paris2024 à la délégation française à Lima. Sans attendre les festivités officielles prévues ce week-end, les Grands Magasins du quartier Haussmann ont immédiatement fêté l’événement en invitant habitants du quartier et employés à courir ensemble un premier cent mètres sur un boulevard totalement fermé à la circulation pour la circonstance ! Invité par le Magasin Printemps à couvrir l’événement, j’ai pu tester la photographie dans des conditions limite catastrophiques : de nuit et sous une pluie battante ! Jeux pluvieux, J.O. heureux ? L’avenir nous le dira mais en attendant, petit retour d’expérience sur un shooting très arrosé. 

Donc, à l’approche de l’équinoxe d’automne arrivent les belles couleurs d’automne, le brame mais aussi, la pluie. Ma perspicacité légendaire m’a permis de déduire que la pluie, ça mouille ! Ce n’est sans doute pas une raison pour remiser l’appareil sur l’étagère. Au contraire, la pluie fait fuir bon nombre de photographes ce qui laisse de la place aux plus courageux… Voici donc quelques trucs et astuces pour profiter de la pluie et gérer les problèmes qu’elle ne manque pas d’apporter.

Les appareils photos numériques sont des petits bijoux de technologie et d’électronique. Du coup, quand il pleut comme vache…, beaucoup hésitent à sortir leurs plus beaux cailloux. Forcément, nos appareils et objectifs y sont très sensibles.  Pourtant, il faut souvent sortir quelle que soit la météo, pour obtenir des images originales et différentes des concurrents. Cela suppose de prendre quelques précautions…

Comment protéger son appareil de la pluie ?

Avant tout chose, commencez par vous protéger vous-même !

Attendre plusieurs heures sous une pluie battante, le passage de trailers en pleine montagne ou l’arrivée d’un cerf sur la place de brame nécessite de s’isoler correctement de l’eau et du froid. Là, je profite de mon expérience et matériel de montagne. Sous-vêtement thermique et respirant, sous couche, vêtement de pluie type Goretex, chaussette chaude, bonnet, et même gants sans oublier les chaussures étanches, seront peut-être de la partie. Pour la ville, les bottes et un poncho peuvent être très utiles.

Ensuite, vient le matos.

Là, j’ai une préférence pour les boîtiers reflex et objectifs tropicalisés (donc pros ou semi-pros) qui résistent très bien à des pluies digne d’une mousson. Comme les changements d’objectifs seront au mieux très difficiles, au pire catastrophiques, j’opte pour un zoom de type 24-105 mm f4 monté sur un boîtier plein format. Si votre appareil craint l’eau, il y a plusieurs accessoires pour le mettre à l’abri des goûtes. Sinon, vous pouvez aussi investir dans certains compacts étanches ou un caisson de plongée.

Le matos se range dans un sac qui, donc, lui aussi doit être étanche pour résister à la pluie !

Sous la pluie, vous pouvez aussi utiliser des housses plastiques adaptées à votre reflex et à votre objectif. Ewa Marine, marque spécialiste du sac étanche, propose une gamme d’accessoires pouvant protéger votre matériel de la pluie avec l’avantage d’être réellement adaptés à un reflex numérique. Mais, rassurez-vous, vous pouvez aussi fabriquer une housse « maison » avec un sac plastique et des élastiques ! Elle sera à jeter (pensez tri sélectif) à la fin de votre prise de vue mais franchement, cela sauve une séance.

  • Enveloppez votre appareil dans un sac plastique type congélation (ou autre sac plastique)
  • Faîtes un trou pour laisser passer l’objectif, puis fixez le sac autour grâce à un élastique ou avec le pare soleil.
  • Débrouillez-vous pour vous laisser au minimum : un accès au viseur, au maximum, aux commandes arrières du boîtier.
  • C’est moche, assez ridicule (surtout si vous prenez un sac permettant d’y plonger votre tête) mais c’est efficace !

Pare-soleil et filtre UV sont aussi de la partie malgré l’absence du soleil ! Le filtre UV vissé sur votre objectif protège la lentile des rayures et de la pluie. Essuyez-le régulièrement  avec un chiffon en microfibre.

Enfin, n’oubliez pas de prendre plusieurs chiffons spéciales photo que vous garderez  bien au sec dans votre sac photo pour essuyer régulièrement votre matériel. En plus de ceux-ci, j’utile de petites serviettes de bain en microfibre. C’est ultra léger, peu encombrant, très absorbant et sèche très vite !

Petit truc indispensable à savoir, nos appareils et objectif détestes les chocs thermiques ! Si vous êtes dans un endroit climatisé ou chauffé, voir que vous planquez votre boîtier sous la veste en courant et que vous sortez votre matériel photo tout de suite après, de la buée va inévitablement se former sur votre lentille d’objectif. Photos flous garanties.

Sinon, il vous reste la solution du parapluie ! A éviter par grand vent ou dans la foule… Tout seul, c’est vite très ch…  Par contre, si vous êtes accompagné(e)…

A deux...c'est mieux !

A deux…c’est mieux !

 

Que photographier par temps de pluie ?

La pluie apporte avec elle beaucoup de sujets intéressants pour le photographe. Si, si, vous allez voir : des nuages, de l’eau, des reflets, des gouttes, des arcs-en-ciel… et aussi des parapluies et des gens mouillées !

Par temps d’orage, les nuages peuvent être exceptionnels notamment à l’heure dorée. Le noir et blanc sera aussi souvent le bienvenu. La photographie par temps de pluie va réveiller votre créativité, avant, pendant et après l’averse. Jouez avec les gouttes sur les vitres.  Après la pluie, il reste de l’eau, beaucoup d’eau !  Je pense toujours aux flaques. De plus, l’eau qui met en valeur les surfaces : que ce soit la route qui est plus brillante et reflète les lumières, ou bien les capots de voiture couverts de gouttelettes.

Enfin, les gens mouillés aiment rarement l’être ! A vous d’en profiter ! Composer avec les parapluie, les pas pressés, les couvre-chefs improvisés… Et puis, il y a aussi ceux qui s’en amuse et vous offriront des portraits plus originaux.

 

 

Merci encore aux équipes des grands magasins Printemps et Galeries Lafayette Haussmann (entre autres) qui ont joué le jeu de cette première grande course sous la pluie…

Réussir ses photographies en noir et blanc au smartphone

Série "Lèche vitrine", Paris, 2016, (C) Greg Clouzeau

Si vous faites partie des quelques 600 personnes qui suivent mon actualité photographique via ma page Facebook, vous connaissez mes séries réalisées avec un smartphone et partagées quotidiennement. Vous le savez aussi, je suis plutôt un anti-retouche ! Je photographie d’ailleurs presque toujours au format jpeg et suis de ceux qui pensent qu’avec les bons réglages, on peut sortir une bonne image directement. Toutefois, malgré toutes les améliorations apportées au module APN des smartphones ces 3 dernières années, leurs images peuvent encore nécessiter d’importantes corrections allant du simple recadrage, à l’équilibrage des couleurs, en passant par quelques effets… Il y a déjà quelques temps, je vous parlais de la photographie de rue faite avec un smartphone puis des applications de retouche comme Snapseed ou Photo Director pour les mettre en valeur. Cette appli m’est très utile dans la transformation en noir et blanc de mes photographies et voici quelques astuces pour réussir ces images.

J’utilise maintenant Snapseed depuis plus d’un an, et cette application est devenue mon outil de retouche préféré sur smarphone. Dans cet article, j’ai choisi de partager avec vous quelques techniques simples et rapides que j’utilise régulièrement avant de publier mon image, notamment celles nécessaires à l’obtention d’une belle image en noir et blanc.

Vous allez me dire que je pourrai photographier directement en noir et blanc. Oui, mais si ensuite je veux des couleurs, le retour en arrière n’est pas possible…donc couleur puis conversion en valeur de gris sont mon credo…

Comment réussir ses « noir et blanc » avec Snapseed ?

Pour commencer, je vais vous livrer un petit secret. Comme avec mon reflex, je fais plusieurs images du même sujet avant de choisir celle que je vais vous présenter et comme avec mon boîtier, j’utilise les fonctions de réglages avancées de mon smartphone (mode expert ou manuel) pour régler, la vitesse, la mise au point et/ou la luminosité. J’en profite pour vous signaler que je travail actuellement à la rédaction d’un guide technique consacré à la photographie avec les smartphones…
Une fois l’image sélectionnée, si le besoin s’en fait sentier, je procède au recadrage avant de passer à la conversion en noir et blanc.

La photographie brute de l'APN du smartphone

La photographie brute de l’APN du smartphone avant recadrage et conversion… Pas mal mais un peu fade tout de même…

Pourquoi certaines images en couleur sont fades en noir et blanc ?

Si vous avez déjà transformé une photographie couleur en une image en noir et blanc et que le résultat n’a pas été à la hauteur de vos attentes, c’est probablement que le contraste entre les tons n’était pas assez élevé. Dans une image en noir et blanc, outre la force de la composition, le contraste tonal  permet d’apporter une meilleur définition à certaines formes, matières ou textures. Il est donc important de disposer de la plage de tons la plus complète et de maîtriser leur influence.

Dans Snapseed, il existe plusieurs solutions pour augmenter le contraste d’une image en noir et blanc. Parmi celles-ci, comme en argentique, l’ajout d’un filtre de couleur permet d’obtenir un bien meilleur rendu. En effet, les filtres de couleur de snapseed imitent l’effet obtenu d’un filtre coloré monté sur un objectif mais avec l’avantage d’être maîtrisable et réversible ! Avec ce filtre, certaines couleurs apparaissent alors bien plus sombres ou plus claires qu’elles ne le sont généralement après une simple conversion en échelle de gris.

Par exemple, un filtre Rouge bloque les tons rouges. Après conversion de l’image, les rouges apparaissent presque blancs tandis que le bleu et le vert apparaissent dans des tons plus sombres, voire noirs. Voici donc un filtre utile dans une photo de paysage. Avec lui, le ciel est d’un bleu intense qui met en relief les nuages et les premiers plans, plus clairs s’en détachent. A l’inverse, un filtre Bleu va éclaircir le ciel bleu et assombrir les premiers plans…

Comme cette technique n’est pas des plus faciles à maîtriser, je vous propose une autre solution, très rapide et efficace.

Vive le module HDR

Le HDR est une technique qui permet de réaliser des photographie combinant des zones fortement sur et sous exposées. Si autrefois, il fallait combiner manuellement plusieurs images d’expositions différentes, aujourd’hui, les APN propose cette fonction dès la prise de vue. Hélas, je trouve parfois le rendu beaucoup trop artificiel et spectaculaire. Mais Snapseed offre un module de traitement HDR à posteriori, très utile pour sauver certaines images. Voici donc une de conversion en noir et blanc en trois étapes, rapides, simples et efficaces.

Primo, éditer la photographie avec le module HDR de Snapseed.

Comme vous le savez sans doute, dans Snapseed, il existe plusieurs styles prédéfinis de HDR. J’utilise souvent celui correspondant à la présence de personnage qui est assez doux. Par défaut son intensité est de 50/100. Vous pouvez augmente ou diminuer (ce que je fais) en balayant l’écran du doigt vers la gauche ou la droite. Ici, en faisant gliser le doit vers le bas ou le haut, vous accéder aussi aux réglages de la luminosité et de la saturation des couleurs.

Une fois recadrée, application du filtre HDR, puis gestion éventuelle de la luminosité ou de la saturation

Une fois recadrée, application du filtre HDR, puis gestion éventuelle de la luminosité ou de la saturation

Deuzio, je converti l’image en noir et blanc.

Là aussi, snapseed vous propose plusieurs choix de rendus pré-réglés. J’utilise souvent les modules « contraste » et « sombre ». Ensuite, en faisant glisser le doigt sur l’écran de droite à gauche vous pouvez augmenter ou diminuer certaines valeurs comme la luminosité, le contraste et le grain.

Notez que pour le grain, Snapseed propose un très grand nombre de réglages prédéfinies pour les amateurs de rendu type vieilles pellicules…

Conversion en noir et blanc et gestion éventuelle de la luminosité, du grains...

Conversion en noir et blanc et gestion éventuelle de la luminosité, du grains…

Enfin, tertio, je pousse le curseur de la valeur Structure du filtre Détails permet d’obtenir un très bon résultat pour augmenter le niveau de détail. Dans certains cas, je monte jusqu’à 100 ! A ce stade, si je ne suis pas satisfait, je peux encore aller dans l’outil  Retouche pour affiner les clairs, les ombres… Ensuite, je signe avec l’outil Texte.

Et voilà la photographie de ce matin !

Retouche du détail avec une augmentation de la valeur de la structure

Retouche du détail avec une augmentation de la valeur de la structure. Notez comment les bras se détachent mieux ou comme les plis du blouson sont apparus.

Si ces photographies vous plaisent, n’hésitez pas à vous en offrir un tirage d’art en édition limitée et numérotée. Vous trouverez certaines d’entre-elles sur ma page Art Photo Limited Merci d’avance !

Photographe du vide

A la Cascade de Céüse avec Arnaud Ceintre

La photographie d’escalade en falaise ou de travaux acrobatiques n’est pas chose facile. Tout le monde ne peut pas se suspendre dans le vide à plusieurs dizaines de mètres du sol tout en assurant sa sécurité et de celle du grimpeur et en faisant de belles images ! C’est d’ailleurs un métier qui a ses spécialistes. Rappelons donc tout de suite que même les grimpeurs et photographes professionnels sont soumis aux lois universelles de la gravité comme nous l’a rappelé l’accident de  Mike Fuselier. Alors voici quelques rappels et astuces pour améliorer vos photographies d’escalade sur les falaises dès que les beaux jours vont revenir. Plusieurs des images qui illustre cet articles sont issues de mes premières séries en falaise dans le milieu des années 90. Elles sont scannées à partir des diapositives…

Quelques trucs et astuces rapides

La facilité incite le photographe amateur à photographier le grimpeur depuis le bas de la falaise. Malheureusement, les résultats sont souvent pas terribles. A moins de shooter une très belle sportive, les points de vue  genre gros plan sur les fesses sont bien peu intéressants. Mais… Il tout de même possible de faire de belles images au pied des voies.

stephane-au-depart-dun-6b-secteur-du-diedre-laurent_2675

Steph au départ de la facteur à Cormot (2016)

Ce peut être au départ de la voie, depuis une vire intermédiaire ou en des phases de préparation et repos. C’est aussi l’occasion de s’intéresser au cadre qui nous entoure, à la faune, la flore…

Didier Gérardin dans la falaise du Château à Orpierre

Didier Gérardin dans la falaise du Château à Orpierre

Il semble donc que l’emplacement idéal pour photographier un grimpeur se situe plus ou moins à sa hauteur ou  bien au-dessus de lui pour avoir une vue plongeante. Là, attention, il faut être capable de grimper, s’assurer, remonter sur la corde… en toute sécurité. On évitera aussi de se placer juste à la verticale du sujet tant pour l’image que pour la sécurité ! Pour certains shooting, le photographe va rester pendu des heures dans le vide et devra donc s’armer d’un baudrier très confortable, voir du sellette mais aussi de tout le matos nécessaire et bien entendu d’une bonne bouteille d’eau.

Faites attention à votre placement par rapport au soleil. L’ombre du photographe, c’est pas terrible sur l’image. Il en va de même de la corde statique…

On privilégie les images de grimpeur en tête plutôt qu’en moulinette.  Oui, la moulinette, ça fait pas très pro…

Enfin, méfiez-vous, certaines surface sont très réfléchissantes. C’est le cas par exemple des falaises de la Seine dont la craie blanche conduit à une sous exposition comme la neige qu’il faut compenser. Dans les  surplombs, le photographe  ne touche parfois plus  le rocher. Il lui faut savoir remonter et se déplacer sur une corde. Avec un peu de vent, il aura tendance… à tourner ! L’utilisation de pédales peut alors être un vrai plus. La daisy-chain pour se vacher à la bonne longueur est top…

Alain Hoffmann, les kilos vont en enfer, 7a, Orpierre

Alain Hoffmann, les kilos vont en enfer, 7a, Orpierre

Il peut être intéressant de travailler à deux cordées notamment dans les grandes voies. Une cordée photographie l’autre. Pour cela, le photographe prend la place de second et essaye de se mettre un peu au-dessus, en parallèle du leader de l’autre cordée… En revanche, il faut avoir le même niveau ou garder le rythme…

Un matos de pro

J’ai déjà consacré plusieurs articles au matériel de photographie d’escalade (notamment celui-ci). Aujourd’hui, les pros utilisent encore massivement des réflexes mais sont de plus en plus séduits par les hybrides type XT-2 de Fuji (que j’avais testé ici). En effet, comme il faut un boitier minimum (plus un, en cas de panne), des batteries pour tenir la journée et deux objectifs type  grand angle et zoom, réduire le poids est une bonne chose.

Il y a pas de mal de jeunes photographes qui tournent aussi des vidéos et utilise donc ces appareils à visée numérique dont les Alpha de Sony. Certains se contentent facilement de boîtiers type Canon EOS 80…

Les  très grands angles sont idéals pour essayer de rendre la hauteur (une couenne de 10 mètres peut même passer pour une grande voie du Verdon avec un 20 mm) et la grandeur des paysages. Les zooms permettent au contraire d’isoler un détail, de détacher le grimpeur, etc. Dans de nombreux cas, on peut s’en tirer avec 24-105 mm de base…

Attention aussi à chaque changement d’objectif. La poussière et la magnésie, les rayures mais aussi et surtout la chute peuvent facilement venir gâcher une très belle journée !Chaque manipulation est à assurer.Vérifier toujours deux fois que le sac de matos est bien accroché et qu’il est bien fermé et que vous, vous êtes correctement assurés.

Le regretté Thierry Nief dans un magnifique pilier à Orpierre.

Le regretté Thierry Nief dans un magnifique pilier à Orpierre.

Choisir son site et ses sujets !

C’est une évidence mais  pour faire de bonnes photos d’escalade, il faut déjà un beau site, une belle lumière (tard le soir, tôt le matin)… Faire des repérages, connaître les lieux est un vrai plus !!!

Ensuite, il faut des grimpeurs compréhensifs, patients (et si possible bien habillés). En effet, il faut parfois demander au grimpeur de refaire tel ou tel passage plusieurs fois pour avoir plusieurs angles différents et réussir à capter le geste où le regard. Certains grimpeurs apprécient moyennement la plaisanterie quand vous leur dites qu’ils faut qu’ils refassent le crux du 7c+ parce que vous étiez entrain de regarder ailleurs ou que vous aviez oublié de changer la carte mémoire presque pleine.

Cathy Kaminsky dans la même voie avec un autre point de vue, plus graphique

Cathy Kaminsky dans la même voie avec un autre point de vue, plus graphique

Voilà, pour commencer.

Si le sujet vous intéresse, n’hésitez pas à me le signaler dans les commentaires. J’y reviendrai !

Quel matos pour réussir ses photos ?

appareil On me pose régulièrement des questions sur le matériel que j’utilise pour mes photos sur Fontainebleau. Et le plus souvent c’est pour être conseiller dans l’achat de tel ou tel produit ou telle ou telle marque. Me voilà chaque fois très ennuyé car je ne prétends pas connaître ou avoir testé tout ce qui sort sur le marché. Pire, le « futur » photographe pourrait me rapprocher de l’avoir mal conseillé et d’être la source de ses mauvaises images… (c’est du vécu !) Enfin,  n’étant ni sponsorisé, ni ambassadeur ou commercial d’une marque, je n’ai rien à y gagner. Mais bon je vais quand même essayer de vous donner quelques pistes qui, je l’espère, vous éviteront quelques erreurs.

J’ai débuté la photographie en argentique à une époque où les boîtiers étaient 100% manuel, où il fallait mesurer la lumière réfléchie par un sujet directement sur celui-ci, où au-delà de 400ISO on commençait à avoir du grain et où on mitraillait moins pour ne pas gâcher de pellicule. Nos photos s’appréciaient uniquement sur papier ou en diapositives ! Bref, le monde de la photographie a bien évolué et aujourd’hui, un bon smartphone permet de faire une belle image que vous pourrez même imprimer en 20×30 cm sans trop de risque ! C’est le cas de ma photo ci-dessous dans sa version originale.

Passage zébré, Paris, (c) 2016 Greg Clouzeau

Passage zébré, Paris, (c) 2016 Greg Clouzeau

Alors, quel appareil photo choisir ?

À cette question, j’en renvoie en général plusieurs !

Ça dépend, tu veux faire quoi ? Car il y a un monde entre le boîtier plein format du professionnel et le jetable argentique donné à ton gamin pour qu’il immortalisé quelques souvenirs de sa première colonie de vacances ! Je vais d’ailleurs immédiatement laisser de côté l’argentique tout en rappelant que ce monde existe encore…sans doute plus pour longtemps.

Il faut donc pour commencer analyser votre besoin et vous poser pas mal de questions.

Est-ce pour faire de la photographie amateur ou professionnel ? Est-ce un usage régulier ou occasionnel ? Est-ce pour faire un type de photographies spécifiques (art, street, portrait, paysage, macro, animalier, reportage, sport, souvenirs de voyage) ou toucher à tout? Vais-je l’utiliser aussi pour faire des vidéos? Que vont devenir les photos ? Tirages papiers encadrés dans votre bureau ou images numériques à partager avec vos amis sur Facebook ?

Bref, faites ce petit exercice par écrit. Cela devrait vous permettre de définir si vous allez investir beaucoup d’argent dans du matos professionnel ou essayer de rester dans un budget raisonnablement inférieur à 500, 1000 ou 1500€.

Canon EOS 5DII

Canon EOS 5DII

Ensuite, rappelez-vous que la technologie évolue à la vitesse d’un TGV. Quand j’ai acheté mon Canon EOS 5D mark II c’était un bon boîtier. En à peine trois ans, il est devenu totalement obsolète MAIS il fait toujours de très bonnes images car la technologie ne fait pas tout (heureusement). Elle doit juste être à votre service. Par ailleurs, j’ai aussi conservé mon boîtier Canon EOS 500 D, un entrée de gamme amateur avec lequel j’ai fait et fait encore de très belles images. Si aujourd’hui je suis toujours chez Canon c’est parce que changer de marque une fois que l’on a investi dans un boîtier reflex et quelques optiques, changer devient très difficile. Il faut tout revendre avec une grosse décote pour financer de nouveaux achats. Mais certains le font. C’est le cas de Tristan Shu, photographe sportif et actuel ambassadeur Fuji (voir mon test du XT2) passé de Canon à Nikon en 2013 pour plein de très bonnes raisons que je partage bien volontiers.

Quel type d’appareil utiliser et pour faire quoi ?

Donc, pour schématiser un peu l’offre, vous avez le choix entre les photophones, les compacts, les Bridges, les hybrides, les reflex et divers ovnis, allant de la Gopro à la chambre ! Si vous recherchez des appareils à tout faire, vous risquez quelques déconvenues dans certains domaines comme la vidéo, la photo animalière ou la macro… A mon goût, en photo, qui peut le plus, ne peut pas le mieux. Evitez quand même les premiers prix quelques soit le type d’appareil !

Pour faire votre choix, pensez à votre pratique de la photo. Si vous laissez faire l’appareil (mode automatique ou scène prédéfinie) les smartphones et compacts feront largement l’affaire d’autant que certains  sont carrément excellents !

En voyage, ou en randonnée, en montagne ou dans la rue, pour la légèreté, les compacts pro/experts et les hybrides prennent de plus en plus le dessus sur le marché du numérique. C’est le cas par exemple du XT2 de Fuji promis à un très bel avenir : il est meilleur que certains boîtiers pros, moins cher, plus léger…

En photo animalière, en studio professionnel, en photo de sport, les boîtiers reflex ont encore de beaux jours devant eux notamment de par leur robustesse, le parc d’optique disponible, l’utilisation du flash…

Et toi pour la photo sportive et notamment en escalade tu utilises quoi ?

La photographie sportive est un domaine pas toujours facile à aborder, notamment dans les sports « extrêmes » comme l’escalade ou l’alpinisme. Tous les photographes ne peuvent pas évoluer tranquillement sur une corde en plein vide à plusieurs dizaine de mètre du sol. Mieux, même pour un grimpeur aguerri, cela reste dangereux. Travailler en hauteur demande beaucoup de concentration et une bonne connaissance de la discipline.  Ceci dit, heureusement, il y a le bloc ! Que ce soit sur les rochers de Fontainebleau et des Trois Pignons ou dans une salle d’escalade artificielle, vous allez pouvoir faire des photos, même si vous avez le vertige !

Ensuite, il y a sport et sport ! Individuel ou collectif ? Amateur ou professionnel ? motorisé ? de proximité ? En salle ou en extérieur ? Eh oui toutes ces interrogations sont là pour vous montrer qu’entre photographier Tiger Woods dans son dernier put, Ronaldo face au but, couvrir Roland Garros, les 24 h du Mans, le Tour de France ou votre fiston au judo, vous n’allez pas utiliser le même matériel.

En salle les conditions d’éclairage sont rarement très bonnes, en F1, la vitesse et l’éloignement sont difficile à gérer… Donc, pour pouvoir shooter de loin avec des cadences rapides et conserver une très bonne qualité d’image même dans les hauts ISO, va falloir investir dans du matériel haut de gamme. Il vous faut un boitier ayant un autofocus (AF) très réactif. Ce n’est pas parce que sur le papier le fabriquant affiche 12500 ISO qu’il faut croire que l’image sera bonne ! En salle ou de nuit on tourne autour de 2500 à 3200 ISO pour du football de haut niveau, et souvent 5000 ou 6400 ISO dans les complexes sportifs non destinés aux compétitions professionnelles. Heureusement pour vous, sur la toile vous trouverez de nombreux sites testant les boîtiers et publiant des images prises à ces valeurs pour comparer les résultats !

Il faut parfois se pencher un peu… cette photo a été faites avec un petit compact, le seul appareil disponible à porté de main !

Investir dans un bon boîtier avec des optiques moyen de gamme n’a aucun sens ! A la limite, mieux vaut faire l’inverse ! Pour avoir un bon piqué un objectif possédant une grande ouverture (c’est à dire un PETIT chiffre type f/2.8 ou f/4) est un minimum. Question focale, à moins de pouvoir s’approcher, le 200 mm est un minimum. Pour le coup, associé avec un capteur APS-C (plus petit que le traditionnel 24X36) vous obtiendrez une équivalence à plus de 300 mm.
Bref, la photo de sports nécessite un matériel lourd et onéreux pour obtenir un résultat correct ! Ceci étant, en pleine journée, pour la photo d’escalade ou en étant à proximité, on peut se contenter de reflex moyen de gamme.

Un 700D associé à un objectif de type 70-300 n’ouvrant par exemple qu’à f/5.6) suffit pour shooter du  football ou du rugby, sur la pelouse municipale. Dans les actions de but, pour figer le mouvement, il est nécessaire d’atteindre des vitesses d’obturation minimum de 1/500. Pas toujours facile à atteindre en conservant la qualité d’image avec un boîtier moyen de gamme. En effet, au delà de 800 ISO, les performance deviennent vite très mauvaises ! Donc avec ce type d’appareil, mieux vaut se caler  à 1/500 f/5.6 400 ISO, que de de chercher à monter la vitesse en montant les iso genre 1/1000 f/5.6 800 ISO ! Ceci dit, la plupart des photographes du journal  L’équipe  privilégient une vitesse d’obturation élevée au détriment du bruit numérique provoqué par la montée de la sensibilité ISO.

Alors sur le marché, tu choisirais quoi ?

Ça c’est là toute la question ! En 2015-2016, plusieurs appareils m’ont tapé dans l’œil ! Après la Photokina (ou le Salon de la Photo le moins prochain à Paris) pas certain que mon palmarès soit le même ! Voici une liste de quelques supers APN !

Chez CANON l’EOS 7D Mark II est très certainement un des meilleurs boîtiers experts (semi-pro ou amateur averti). Chez NIKON le D5500 en boitier grand public ou le D7200.  Chez PENTAX le K3 est un APS-C redoutable et le K1 en plein format semble de la même veine !

A peine plus petits mais tout aussi performants, je vous conseille chez FUJI, le XT2 qui vient de sortir, chez OLYMPUS l’OM-D-EM 5 mark II et l’Alpha 7 II chez SONY.

Ensuite, j’ai de très bon échos du G7 de Lumix pour ceux qui cherche un compromis photo/vidéo et du Sony cyber shot DSCHX90 en compact de voyage, du FUJI XT10, du LEICA Q type 110 et du Power shot SX700.

Enfin, en photophone, comprenez par là que je passe beaucoup de temps à faire des photos avec mon téléphone, les meilleurs sont le LG G4 (il a tendance à sur-exposer mais reste meilleur que son successeur le G5), les inévitable I-phone 6 et Galaxy S6 (lui aussi meilleur que le S7). J’ai été un peu déçu par le SONY XPERIA Z5 malgré ses 23 Mpx qui délivre des images un peu fadasses et carrément mauvaise en basse lumière ainsi que par le P9 et ses deux foacles !

En faite, le meilleur de tous est déjà assez vieux et c’est tant mieux car il n’est pas très cher, c’est le ONE PLUS 2 et c’est celui qui offre la meilleure définition, le meilleur piqué, etc !

Et toi tu shootes avec quoi ?

Et toi tu shootes avec quoi ?

 

%d blogueurs aiment cette page :